publicité

Apprendre à ne pas transmettre des clichés sexistes

Par une convention signée mercredi, le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie et ses partenaires se sont engagés à communiquer auprès des scolaires sans stéréotypes de sexe. Nous sommes allés questionner des écoliers sur les idées reçues en la matière.

Rose pour les filles ? Bleu pour les garçons? Des enfants se sont exprimés sur quelques images reçues. © NC 1ère / Sylvie Hmeun
© NC 1ère / Sylvie Hmeun Rose pour les filles ? Bleu pour les garçons? Des enfants se sont exprimés sur quelques images reçues.
  • Nadine Goapana, Sylvie Hmeun et F.T.
  • Publié le
Communiquer autrement, pour ne pas transmettre à nos enfants des discriminations qui enferment les femmes et les hommes dans des rôles sexués. Voilà l’idée de la convention signée mercredi après-midi à Nouméa entre le vice-rectorat et ses partenaires réunis dans le comité des 3E («éducation à l’égalité à l’école»). Tels que le Centre de documentation pédagogique, le centre Tjibaou ou la Maison du livre.

«Devoir d'exemplarité»

Par ce document, ils s’engagent à éviter une utilisation discriminante du langage quand ils s’adressent aux scolaires. «En matière de communication, peut-être encore davantage qu’ailleurs, les institutions ont un devoir d’exemplarité, souligne cette convention d’engagement : discours, colloques, affiches, vidéos, sites web, textes officiels, nomination des équipements et des rues… les supports sont variés et nombreux, comme le sont les leviers pour éviter de diffuser voire renforcer des stéréotypes de sexe.»

«Faible part des expertes»

Le texte, à retrouver ci-dessous, poursuit ainsi : «L’invisibilité des femmes dans l’usage de la langue, l’enfermement des femmes et des hommes dans des rôles limitants et la faible part des expertes invitées à s’exprimer dans les réunions ou séminaires renforcent les stéréotypes et les inégalités. Promouvoir une communication libérée des stéréotypes de sexe permet à toutes et à tous une ouverture du champ des possibles pour une société égalitaire.»

«Nous ne sommes pas des servantes»

Alors, comment lutter contre les clichés sexistes à l’école? Nadine Goapana et Sylvie Hmeun se sont rendues dans un centre de loisirs au Pont-des-Français, et ont fait réagir des enfants âgés de six à onze ans sur des idées reçues que notre société véhicule.
CLICHES SEXISTES

L'invitée

Un sujet développé dans le journal télévisé d’hier soir. Thérèse Waïa recevait Véronique Lehoullier-Mollot, référente académique de la mission Prévention des discriminations et égalité entre les filles et les garçons.
INVITE-SEXISME

Recommandations

Il ne reste qu’à mettre en pratique! Eviter l’expression « nom de jeune fille» ou accorder les termes de métier, voici quelques recommandations du comité des 3E pour aller dans le sens d’une communication qui n’est pas discriminante.

 

1 502 413 782

Sur le même thème

  • Jeunesse

    Le challenge Michelet retrouve Ouvéa

    La vingt-quatrième édition du challenge Michelet est ouverte. Après le Mont-Dore l’an dernier, le rendez-vous de la jeunesse calédonienne autour du sport et de la culture se tient jusqu’au 23 octobre à Ouvéa, comme il y a dix-huit ans. Il rassemble 300 adolescents venus de tout le pays.

  • Jeunesse

    Fortnite : attention à l'addiction chez les enfants

    Depuis le début de l'année, le jeu vidéo Fortnite fait fureur. Les jeunes sont scotchés à leur écran et peuvent y jouer pendant des heures. De leur côté, les parents ne savent plus comment les décrocher. 

  • Jeunesse

    La jeunesse dans tous ses états

    Sous le slogan «imagine ton avenir, invente ton pays», le gouvernement a lancé depuis fin mai, le chantier des états généraux de la jeunesse. Environ 200 personnes se sont rassemblées à Bourail pour échanger dans ce cadre, en vue de doter la Nouvelle-Calédonie d'un «plan jeunesse».

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play