nouvelle calédonie
info locale

Après l'avis du Conseil d'Etat, la balle est dans le camp de nos politiques

référendum
Vote urne à Nouméa élection
©NC 1ère
La solution sera politique, ou ne sera pas. L’avis du Conseil d’Etat quant à l’inscription automatique de tous les natifs de Nouvelle-Calédonie sur la liste référendaire a été confirmé aux élus par écrit. La voie est ouverte mais passe par une modification de la loi organique.

Ce que dit l'avis du Conseil d'Etat

A un peu plus d’un an de la consultation de sortie, la marge de manœuvre est réduite et comme attendu, le Conseil d’Etat a confirmé qu’il faudrait en passer par deux étapes.
• Tout d’abord, modifier la loi électorale simple afin d’inscrire d’office toutes les personnes majeures ayant au moins six mois de résidence en Nouvelle-Calédonie sur la liste générale, sans critère de naissance.
• Ensuite, modifier la loi organique pour permettre cette fois l’inscription de tous les natifs, qu’ils soient de statut civil coutumier ou pas, sur la liste de la consultation de sortie.

Avis du Conseil d'Etat sur les listes électorales


Ce que propose la plate-forme

La plate-forme loyaliste a d’ores et déjà fait une proposition en ce sens, rappelle le député Philippe Dunoyer.

«Si on est né en Nouvelle-Calédonie et qu’on est présent depuis au moins six mois, ça c’est la condition pour pouvoir être inscrit sur la liste électorale général, on a forcément eu le centre de ses intérêts matériels et moraux. C'est-à-dire dire qu’on a forcément vécu un moment de sa vie, et probablement depuis sa naissance, en Nouvelle-Calédonie. Et donc on est légitime à participer au référendum.»



Convaincre les indépendantistes

Calédonie Ensemble et ses partenaires de la plate-forme (Rassemblement-Les Républicains, Mouvement populaire calédonien, Tous Calédoniens) espèrent convaincre les indépendantistes de se rallier à cette modification de la loi organique.

Retrouver l'union loyaliste

Mais la solution passera d’abord par une union loyaliste retrouvée. C’est en tout cas la certitude de Philippe Blaise, du groupe Les Républicains calédoniens.

«Cette proposition a été faite sans qu'on nous en parle avant. Pour l'instant, on n'en mesure pas la pertinence ou les dangers potentiels. Il faut à tout prix que nous, loyalistes, nous retrouvions, qu'on ait une discussion, parce qu'on ne peut pas avancer en ordre dispersé sur des questions aussi graves. Donc Les Républicains calédoniens lancent un appel solennel à la plate-forme, à accepter notre main tendue et à ce qu'on se voit avant d'aller discuter avec les indépendantistes et avec l'Etat.»



Ce qu'en pense le FLNKS

«Le Conseil d’Etat a pris la mesure de l’enjeu du référendum.» Au nom du FLNKS, Gérard Reignier se félicite de l’avis juridique rendu par le Conseil d'Etat, quant à la possibilité d’inscrire d’office tous les natifs sur la liste référendaire. Un avis qui rend le consensus politique possible, estime-t-il.

«C'est un référendum. L'importance de ce scrutin vaut des mesures exceptionnelles. L'avis du Conseil d'Etat est pratiquement un avis politique, qui est très important. Il nous ouvre une possibilité d'inscrire automatiquement les gens sur la liste électorale générale.
On fait un grand pas en avant. Dès lors que les gens seront inscrits sur la liste électorale générale, nous reprendrons l'article 218-2 de la loi organique et nous aviserons les catégories en fonction des personnes.»


Un «consensus politique pas si compliqué à trouver»

Et s'il n’adhère pas vraiment à la proposition de la plate-forme loyaliste, Gérard Reignier se dit néanmoins ouvert aux discussions : «A mon avis, le consensus politique n'est pas si compliqué à trouver. La problématique devant nous est tellement énorme, tellement compliquée, qu'on va trouver les solutions pour faire en sorte qu'on soit dans une démocratie apaisée. Que toutes les personnes qui doivent être sur cette liste y soient. C'est notre engagement, et on va s'y tenir. »
Ecoutez-le au micro de Brigitte Whaap.

"On a fait un grand pas en avant"


Courrier du Premier ministre

Les discussions ne font que commencer. Le Premier ministre Edouard Philippe, dans un courrier de deux pages adressé aux groupes du Congrès, a fortement encouragé les élus calédoniens à trouver les voies du consensus.

Regardez également ce reportage de Brigitte Whaap.
©nouvellecaledonie