Après "Fin mal barrés", Jenny Briffa revient avec "Fin mal géré"

théâtre
Spectacle "Fin mal géré"
L'affiche a été créée par le dessinateur Jilème ©Facebook Centre Culturel Tjibaou
Après le succès triomphal de "Fin mal barrés", Jenny Briffa signe un nouvel opus "Fin mal géré", avec le comédien Stéphane Piochaud. Il interprète un métis qui s'interroge longuement sur ses convictions face à l’échéance du référendum en Nouvelle-Calédonie. 
[MISE A JOUR AVEC REPORTAGE TELE]

Une parodie sur la vie calédonienne, avec toutes ses contradictions et ses spécificités, à quelques mois du référendum. Stéphane Piochaud interprète le personnage central, un métis de Bourail et puis tour à tour, une mosaïque de personnages dans un jeu caricatural où son talent opère dans une ambiance festive. L’occasion de dédramatiser en portant un regard corrosif et impertinent sur la Calédonie d’aujourd’hui.
 

Ça va, je me sens bien dans tous les personnages. Là, la particularité, c'est qu'il y en a plein à jouer. C'est condensé dans un espace-temps très court qui est celui de la réprésentation. C'est une question de jouer les intentions, de jouer ce qui se passe.
- Stéphane Piochaud, le comédien principal

 

Près de deux heures de spectacle

Une heure et demie de voyage divertissant, pertinent, drôle et caustique sur la politique calédonienne, sans tabou ni langue de bois. Une pièce écrite par Jenny Briffa, dont la mise en scène est signée Frédéric Andrau et la musique, David Le Roy.

Alors déjà, le personnage central est nouveau. Il s'agit d'Hussein Wobama, le cousin de Michèle qui était interprétée par Maïté Siwene il y a deux ans. Il ne sait pas pourquoi voter, est-ce qu'il veut rester Français ou est-ce qu'il veut l'indépendance. Il a l'impression qu'il va trahir l'un de ses parents s'il fait un choix. Chez ce personnage-là, il y a des questionnements identitaires très profonds mais en même temps très drôles.
- Jenny Briffa, journaliste et autrice

 

Plusieurs domaines abordés

La question identitaire est omniprésente ainsi que l'attachement viscéral au pays. Le domaine économique est également abordé, notamment sur la vie chère, l’indexation, la Cafat mais aussi et bien sûr le référendum, sans oublier le renouveau des politiques. "Il y aussi de nouveaux entrants dans ce spectacle, qui sont nos nouveaux élus", précise Jenny Briffa.

Je veux que ça rigole comme on rigole au bingo, comme on rigole sur la place des Cocotiers. J'ai l'impression que cette pièce-là, c'est plus un feu d'artifice que la première.
-Jenny Briffa, journaliste et autrice


Au final, bienveillance, impertinence sont la force du spectacle, l’occasion de croire au vivre ensemble sur le potentiel du pays.
Le spectacle affiche déjà complet pour toutes les représentations du 25 juin au 10 juillet à la salle Sisia du centre culturel Tjibaou. D'autres représentations sont prévues en Brousse, en juillet et en août.  

Le reportage, à la première, de Loreleï Aubry, Lizzie Carboni et Christian Favennec : 

©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live