Armée de l’air : trois jeunes Calédoniens s'envolent vers leur formation

société
Armée de l’air : trois jeunes calédoniens partent se former en France
Une photo souvenir pour ces trois jeunes avant leur départ ©Maurice Carawiane
Trois jeunes de 17 ans, recrutés sur leurs bonnes notes, ont décollé jeudi pour le lycée de Saintes, près de la Rochelle, en Métropole. C'est l'armée de l'air qui finance entièrement le voyage, à condition de réussir le baccalauréat et une formation de cinq ans, dans des métiers divers.

Dernière photo souvenir, avant un départ bien réfléchi par Max, Julie et Loeiz. Ils partent pour au moins sept ans, baccalauréat compris, se former dans l’armée de l’air au lycée métropolitain de Saintes.

"J’ai toujours vécu dans ce milieu, car mon père est un ancien militaire, raconte Max. J’ai toujours voulu faire ça et j’ai choisi l’armée de l’air." Il est intéressé par la mécanique sur avion, ce n’est pas le cas de Julie, encore indécise. "Ce qui m’intéresse, c’est être indépendante financièrement assez tôt. C’est aussi une bonne expérience", explique-t-elle.

"On est sûr de ressortir avec un diplôme"

Loeiz, lui, a pour objectif de devenir pilote d’avion. Il a bien préparé son recrutement. "Je travaille bien depuis longtemps pour avoir un meilleur dossier et être accepté. Cette école me motive, car il y a 100 % de réussite, on est sûr de ressortir avec un diplôme", souligne-t-il.

Les jeunes reçoivent une bourse de 380 euros dès la première, en internat, dans un lycée d’exception. 'Il y a un cinéma, un mur d’escalade, une piscine, une médiathèque, etc. Ils seront tous ensemble pour intégrer l’armée de l’air en tant que technicien dans l’un des cinquante métiers que l’on a", informe Caroline Kirschke, chargée de communication de l’armée de l’air. Avenir assuré, pour eux, comme sous-officier et peut-être plus tard, officier dans l’armée de l’air française.

Un reportage de Karine Arroyo et Maurice Carawiane :

 

L'invité du JT

Dans la foulée de ce reportage, le commandant supérieur des Forces armées en Nouvelle-Calédonie était sur le plateau du journal télévisé. "Je pense que cet engagement est une illustration de la diversité de l'engagement des jeunes Calédoniens dans les armées", a réagi le général Valéry Putz.

Des jeunes Calédoniens engagés

"Ils s'inscrivent dans un mouvement général. Bon an mal an, environ 1 200 jeunes Calédoniens ont un contact ou un engagement dans les armées", précise le comsup.  "C'est bien évidemment les 600 à 700 jeunes qui, tous les ans, rejoignent le Régiment du service militaire adapté. C'est aussi 350 à 400 jeunes qui tous les ans s'engagent dans les armées. Et une centaine qui rejoignent les rangs de la réserve opérationnelle." 

Le général Putz a aussi évoqué sa feuille de route dans le contexte référendaire, et son expérience des Etats indépendants que sont Djibouti et la Côte d'Ivoire.

Son entretien avec Nadine Goapana :