nouvelle calédonie
info locale

L’armée de terre recrute de nouveaux engagés

sécurité
Armée. Engagés volontaires
Shirley et Paul, engagés volontaires dans l'armée de terre. ©Alix Madec
Vingt engagés volontaires et quatre sous-officiers ont signé pour une année renouvelable de formation en Métropole. Dès ce soir ou dès la semaine prochaine, tous s'envolent pour trois mois d’apprentissage initial et trois mois de formation technique. 
« Futurs engagés de l’armée de terre, je vous félicite pour votre démarche courageuse ».
C'est avec un discours encourageant et responsabilisant que l'Adjudant Chef Firpion a souhaité accueillir les jeunes engagés au cœur de la Maison du combattant. 
 

« C’est quand même grandiose »

Quelque peu impressionnée mais les yeux remplis de fierté, Shirley signe son contrat d'entrée à l'école nationale des sous-officiers d’active de Saint-Maixent, près de La Rochelle. Une totale reconversion professionnelle dans laquelle la jeune femme se lance quelque peu à l'aveugle. Et s'envole pour la première fois pour la Métropole le soir même.
« Ce sera une nouvelle expérience pour moi, ce qui m’attendra là-bas, les nouvelles missions, le nouveau cadre qui m’attend là-bas, qui est tout autre qu’ici, la vie civile. C’est aussi savoir que je servirai la France. C’est quand même grandiose » explique Shirley avec fierté. « On voit toujours des femmes dans l’armée de l’air, et en armée de terre, non. Du coup, c’est ce challenge que je veux réussir ».
Armée engagés volontaires
©Alix Madec
 

« Beaucoup de valeurs »

De son côté Paul, volontaire technicien et sapeur-pompier volontaire au RSMA de Koumac, a acté son départ pour un an renouvelable, du côté de Brignoles. Pour y être formé afin de devenir sapeur-sauveteur. Une profession dont le jeune homme de vingt ans rêve depuis son plus jeune âge.
« La rigueur, le fait d’être encadré, le milieu militaire, çà m’a beaucoup aidé parce que j’étais vraiment un peu « olé-olé » on va dire quand j’étais plus jeune. On nous apprend aussi beaucoup de valeurs, le respect et tout ce qui va avec. Comme c’est un métier que j’adore et que je voudrais faire, j’ai tout de suite accroché. Dans le pays, on a beaucoup de difficultés en ce moment, c’est difficile d’avoir un métier. On décide de profiter de la France pour progresser et pourquoi pas revenir et faire progresser aussi notre pays ».
Vocation ou non, tous s'engagent à représenter les forces armées françaises. Une mission prestigieuse qui peut toutefois s'avérer complexe une fois sur le terrain. C'est ce qu'a tenu à rappeler le général Barrera, commandant des forces armées en Nouvelle-Calédonie, qui a souhaité féliciter les vingt-quatre nouvelles recrues en personne.
Le général Franck Barrera au micro d’Alix Madec 

Armée itw Barrera


Le portrait de Paul avec Sheïma Riahi et Gaël Detcheverry 
©nouvellecaledonie


Pour en savoir plus sur le recrutement dans l'armée de terre
Publicité