nouvelle calédonie
info locale

Ashleigh Sykes : "il faut pourchasser ses rêves"

sportncla1ère
Ashleigh Sykes a animé un entraînement pour la sélection cagoue U16
Ashleigh Sykes a animé un entraînement pour la sélection cagoue U16 ©P.Nicar
L'ancienne joueuse de Canberra et de la sélection australienne a passé deux jours en Nouvelle-Calédonie à la rencontre de différents acteurs du ballon rond local. Elle a partagé sa vision du haut-niveau et dirigé les jeunes féminines du Caillou.

Elle a connu les sommets


" Petite par la taille, grande par le palmarès " dit en souriant Léon Waitronyie, au sujet d'Ashleigh Sykes. Le coach des moins de 16 ans calédoniennes a laissé bien volontiers la conduite de l'entraînement de mardi à cette femme de 28 ans, à la carrière remarquable. Ses faits d'armes : trois titres de champion d'Australie et deux coupes nationales avec Canberra, en scorant 48 buts en 108 matchs joués. Appelée en sélection (5 réalisations en 19 rencontres), elle a vécu la Coupe du Monde au Canada, et s'est exprimé dans des clubs étrangers, aux Etats-Unis et au Japon. Dans des ambiances assez folles.
 

" Participer à la Coupe du Monde 2015 et rentrer dans le premier match, c'était génial au niveau des sensations. J'ai aussi remporté le championnat américain avec Portland, en jouant devant 25 000 personnes, dans notre stade, en demi-finale. Je n'oublierais jamais ces moments uniques ". Ashleigh Sykes

 
©Youtube


L'Australie vient en amie


Au centre technique de Païta, c'est cette référence du football féminin qui est venue conseiller les meilleures joueuses du territoire. Au menu, des exercices en une touche de balle, et un travail de couverture défensive. Un moment privilégié que l'on doit à une convention signée entre la fédération australienne et le consulat du pays à Nouméa. Outre les échanges culturels, l'ambition est de développer les contacts en matière de sport. Des rencontres de ce genre ont également eu lieu à Tonga, Fidji, et au Vanuatu.
 

" On n'est pas un grand-frère, plutôt un ami. Je crois qu'en Océanie, tout le monde regarde dans la même direction. Le but c'est de proposer plus d'expériences, pour faire évoluer le niveau des pratiquants, et améliorer la qualité de jeu. Chacun travaille avec ses contraintes, dans son contexte local. La Nouvelle-Calédonie respire le football et a fait parler d'elle lors de la ligue des champions d'Océanie et le mondial des clubs. Pour nous, venir ici est un apprentissage, et l'opportunité de partager notre façon de travailler ". Kieran Lilley, manager des relations internationales de la fédération australienne de football

 
©nouvellecaledonie


Echange gagnant-gagnant ?


Pour Léon Waitronyie, l'Australie peut devenir - plus facilement que la lointaine métropole - une destination de choix pour les Calédoniennes en quête de carrière. Ce genre de rencontre avec de tels profils peut être l'occasion de se faire repérer. Ashleigh Sykes, elle, a profité de son passage pour livrer un message optimiste dans ce sens :
 

« Si vous avez un rêve, vous pouvez le pourchasser. Quand on aime le jeu, on s’impose le travail nécessaire pour devenir meilleure. Et atteindre les objectifs que vous vous fixez »