Assises de la vie étudiante, statut étudiant, livre blanc : Catherine Ris, présidente de l’université de la Nouvelle-Calédonie, invitée de la matinale

invités de la rédac
Catherine Ris
Catherine Ris, présidente de l’université de la Nouvelle-Calédonie, était l'invitée de la matinale. ©NC La 1ère
Les premières Assises dédiées à la vie étudiante s’ouvrent ce jeudi à l’université de la Nouvelle Calédonie, sur le campus de Nouville, à Nouméa. L’occasion de dresser le constat puis de proposer des actions. A l’issue de ces deux jours d’assises, un livre blanc sera remis aux institutions. Catherine Ris, présidente de l’université de la Nouvelle-Calédonie, était l’invitée de la matinale le jeudi 6 octobre.

Des assises pour les étudiants avec des étudiants ! Durant deux jours, ils seront au cœur des réflexions menées sur le campus de Nouville, à Nouméa. "Cela fait dix ans que le campus universitaire unique existe à Nouville et que la maison de l’étudiant a été créée. Il est donc important de dresser le constat pour dégager des pistes d’amélioration", a indiqué Catherine Ris, la présidente de l'Université de Nouvelle-Calédonie (CCI). La Nouvelle-Calédonie compte près de 6000 étudiants : 4 000 à l’université et 2 000 inscrits dans des lycées, en BTS, à la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) ou dans des écoles privées, "en dix ans le nombre d’étudiants a doublé, il faut donc repenser le modèle".

Améliorer les conditions de vie

L’enjeu principal est donc de faciliter les conditions de vie au quotidien des étudiants en matière de logement, d’accès aux soins, aux transports, à la culture et au sport, "tout cela nécessite un réflexion de fonds sur la place qu’on veut donner à cette jeune génération, à ces étudiants dans notre société." Et pourtant, il n’existe pas de statut de l’étudiant en Nouvelle-Calédonie, "ça ne faisait sans doute pas partie des priorités car finalement l’histoire de l’université est assez récente. Elle n’existe que depuis 1987. Mais c’est une population qui représente un enjeu et dont il faut prendre soin en lui donnant un véritable statut. Tout cela prend du temps, les choses se construisent petit à petit mais avec l’augmentation du nombre d’étudiants et de l’offre de formations la structuration de la vie étudiante se met en place", a expliqué la présidente de l’université.

Favoriser l’égalité des chances

Autre enjeu important pour l’université : rompre le lien entre origine sociale et destinée scolaire. Une façon de favoriser l’égalité des chances pour les quelques 6000 étudiants calédoniens, "en Nouvelle-Calédonie, peut-être plus qu’en Métropole, la destinée scolaire ou universitaire est très fortement liée à l’origine sociale. Ne pas avoir les moyens ou ne pas être issu d’une famille d’une classe sociale favorisée peut être un frein à l’accès aux études supérieures puis à la réussite. L’accès à des financements par les bourses, à un logement proche du campus participent évidemment à cette égalité des chances". Une enquête "vie étudiante" menée auprès de 700 étudiants de l’université fait en effet état de toutes ces problématiques du quotidien, le logement étant l’une de principales préoccupations "pour les étudiants interrogés, l’accès au logement n’est pas suffisant. Il y aussi la précarité financière qui conduit parfois à un arrêt des études. Certains étudiants sont dans des situations très alarmantes."

Livre blanc

Autant de thématiques qui seront abordées lors de ces deux jours d’assises, "les solutions ne peuvent pas être trouvées uniquement par l’université et la maison de l’étudiant, il est donc important que les partenaires et les collectivités puissent réfléchir avec nous". Toutes les propositions déboucheront sur la production d’un livre blanc, qui sera remis aux institutions, a indiqué Catherine Ris, "il en découlera un schéma directeur de la vie étudiante qui sera une partie intégrante de notre futur contrat d’établissement avec l’Etat car l’université est dans une phase de renouvellement de sa contractualisation sur l’offre de formation, sur la recherche et sur tout le volet vie étudiante."

Un entretien à retrouver ici