Assises : un homme accusé d'avoir tué son fils avec préméditation

justice
Voh : la scène du crime
La voiture de l'accusé examinée par les techniciens en investigation criminelle sur le lieu du drame
Un drame familial sur fond de séparation a coûté la vie au petit Cary âgé de 3 ans et 9 mois. Son père est accusé d’assassinat sur sa personne et de tentative d’assassinat sur sa grand-mère maternelle, la belle-mère de l'accusé.
A Voh, ce lundi 2 mars 2015, un enfant en bas âge, blessé grièvement par balle meurt sous les yeux des gendarmes. Un drame familial sur fond de séparation qui a coûté la vie au petit Cary. Son père (même prénom) Cary Teriinohopuaiterai  est à ses côtés avec une carabine 22 Long Rifle. Lui même est grièvement blessé. L'homme a tenté de se suicider.

Retour sur les faits avec ce reportage diffusé le 3 mars 2015.
©nouvellecaledonie

Deux jours de procès pour tenter de comprendre

Ce jeudi s'ouvre donc le procès de Cary Teriinohopuaiterai accusé d'infanticide.
Durant la matinée, l'homme de 34 ans évoque sa vie, son parcours.
Né à Nouméa, il a vécu sa petite enfance à Tahiti puis il est revenu en Nouvelle-Calédonie avec ses parents pour vivre dans le nord d'où est originaire sa mère.
Il dit avoir eu une enfance heureuse. Il adorait son père même si ce dernier frappait sa mère. Lui, se dit jaloux, et timide à l’extrême.

Une personnalité complexe, par son extrême timidité et ses accès de colère
Selon plusieurs témoignages, Cary Teriinohopuaiterai est décrit comme violent et menaçant. Il avoue avoir frappé sa compagne plusieurs fois parce qu’il ne supportait qu’elle joue au bingo. Il dit, aussi, avoir corrigé ses enfants quand ils le méritaient.

Des menaces de mort quelques jours avant le drame
Certains témoins affirment qu'à plusieurs reprises, il a menacé sa compagne de la tuer, elle, leurs enfants et toute sa famille, si elle le quittait.

Me Jacques Loye est l'avocat de la belle-famille
Infanticide à Voh:  pièces à convictions
©Martine Nollet

"Selon la mère de l'accusé : il n’aurait jamais pu tuer son fils."


A la barre, la mère de l'accusé dit qu’il n’aurait jamais pu tuer son fils. Me Laurent Aguila est l'avocat de Cary Teriinohopuaiterai.
Ce dernier risque la perpétuité.  

Cary Teriinohopuaiterai reste sur sa position : ces tirs seraient accidentels, "ils sont partis tout seuls".
Selon l’expert, le tir mortel porté sur l'enfant, prénommé comme son père, Cary, a été fait à l’intérieur de la voiture.
Reste à la Défense de prouver, comment "le coup est parti tout seul" ?
Voh : infanticide - arme du crime
©Martine Nollet

Ce drame familial témoigne une fois de plus, des violences intra-familiales dont les premières victimes sont les enfants et les femmes.
Le procès se poursuit jusqu’à vendredi.