Australie : faut-il changer les paroles de l'hymne national ?

océan pacifique
Advance Australia Fair
©Australian government
Les paroles de l’hymne national australien font polémique. Selon ses détracteurs, il mettrait entre parenthèses la présence très ancienne des populations aborigènes. La Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud a fait une proposition pour revoir le texte. 

Australians all let us rejoice,

For we are young and free;

Extrait de Advance Australia Fair


 
Australiens réjouissons nous tous,
Car nous sommes jeunes et libres ;

 
Ce mot « jeunes », « young » en anglais, dans les paroles de l'hymne national australien est devenu un problème depuis plusieurs années. Pour certains, il ferait fi de l'ancienneté de la présence aborigène dans l'île. Elle remonte à des dizaines de milliers d'années.
 

Proposition : des Australiens « unis » plutôt que « jeunes »

La revendication de changement de texte progresse jusqu'au plus haut niveau. Ainsi Gladys Berejiklian, la Première ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le plus peuplé du pays, propose de remplacer le mot « young » par « one ». « Jeunes » par « un » ou « unis ». Cela donnerait des australiens « unis et libres ».
 
« Il est important pour nous tous en tant qu'Australiens de nous rassembler et de sentir que l'hymne nous représente… le changement de mot fera une différence. Il reconnaîtra le fait que notre continent a la plus ancienne culture de la planète, ce dont nous devrions tous être fiers et dont nous sommes fiers, et je pense que notre hymne devrait refléter cela. » explique Gladys Berejiklian.
 
Gladys Berejiklian Première ministre NSW Australie
©Facebook Gladys Berejiklian

Réactions diverses 

Bien que modérée la proposition rebute des conservateurs. Cité par Le Guardian, le sénateur du Queensland Matt Canavan (Parti National) réfute le fait que l’hymne nie l’ancienneté de la présence aborigène. La jeunesse est simplement celle de l’entité nationale australienne : 
« Nous sommes une jeune nation. Nous avons des civilisations anciennes et nous avons une histoire riche qui s'étend sur des dizaines de milliers d'années. Mais nous sommes un pays jeune. »
 
A contrario, d’autres à gauche y voient le début d’une « discussion importante ». Malarndirri McCarthy, sénatrice du Territoire du Nord (travailliste), d’origine aborigène par sa mère, est enthousiaste : 
« Il s'agit d'une opportunité pour notre pays de recréer et de marcher ensemble… peuple des Premières Nations et Australiens non autochtones »
 

Une initiative d’actualité 

En tout cas, l’initiative de Gladys Berejiklian tombe à point. Car la contestation s'est amplifiée. Des sportifs autochtones ne chantent plus un hymne que certaines organisations avaient même envisagé de ne plus utiliser.
Le changement éventuel, même s’il est symbolique, pourrait appuyer les rééquilibrages en cours en faveur des 700 000 Aborigènes. Ils sont toujours au bas de l'échelle sociale, parmi près de 26 millions d’Australiens.
Le reportage de Bruno Sat 

 

L’histoire de l’hymne

« Advance Australia Fair » est l’hymne officiel de l’Australie depuis 1984 dans sa forme actuelle. Mais son histoire est bien plus longue que cela. Composé et écrit en 1878 par Peter Dodds McCormick et comportait alors quatre couplets. Il fut choisi comme hymne une première fois en 1974 avant que le « God Save the Queen » ne soit réinstauré en 1976. Et c’est donc finalement le 19 avril 1984 que la version définitive de « Advance Australia Fair », avec deux couplets, est officiellement déclaré hymne national, le « God Save the Queen » étant alors proclamé hymne royal. 
Découvrez ci-dessous les paroles de « Advance Australia Fair » Ecoutez l'hymne chanté en 2018 lors d'une cérémonie de l'Anzac day dans les Hauts-de-France :