publicité

Australie: le Premier ministre en campagne promet le tout sécuritaire

Scott Morrison a donné lundi le top départ de sa campagne électorale pour les législatives en dressant un sombre tableau des dangers qui guettent l’Australie, et en promettant de protéger ses habitants contre «le mal».

Visuel de campagne de Scott Morrison. © Scott Morrison / Twitter
© Scott Morrison / Twitter Visuel de campagne de Scott Morrison.
  • AFP, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
L'Australie, estime son Premier ministre, est menacée par le terrorisme, le trafic des êtres humains, la drogue et la criminalité. C’est du moins ce qu’il a déclaré lundi, en accusant le chef de l'opposition travailliste Bill Shorten de s'être «endormi au volant» en matière de sécurité. 
 

Popularité, mais défaite annoncée

A la mi-mai, les Australiens seront appelés aux urnes, pour offrir ou non un troisième mandat au Parti libéral de Scott Morrison. Si celui-ci bénéficie dans les sondages d'une cote de popularité indéniable, les enquêtes d'opinion montrent aussi que son mouvement va au-devant d'une défaite cuisante. 
 

Economie et fermeté

Le chef du gouvernement espère les faire mentir, en tablant sur un bilan économique solide et la fermeté en matière d'immigration et de sécurité. «Voulez-vous vivre dans une Australie plus forte dirigée par mon gouvernement? Ou voulez-vous vivre dans une Australie plus faible dirigée par Bill Shorten et les travaillistes?», a-t-il lancé.
 

Vision sombre

Le Premier ministre s'est dit hautement qualifié pour «affronter le monde tel qu'il est, incertain, souvent dangereux, intransigeant, et dans sa pire version, maléfique». Et d’énumérer: «Les ingérences étrangères. Le terrorisme radical. Le trafic d'êtres humains. Les catastrophes naturelles. Le crime organisé. Le commerce maléfique de la méthamphétamine. La violence faite aux femmes, les prédateurs en ligne et les escrocs qui veulent dépouiller les Australiens les plus âgés, le harcèlement en ligne.»
 

«Des meneurs»

«Nous sommes des meneurs, pas des suiveurs. Nous avons pris des décisions plutôt que de les remettre à plus tard», a lancé Scott Morrison. Ce message devrait être entendu sans peine par l'aile droite de son parti et les puissants médias conservateurs australiens. 
 

Un pari

Mais celui qui est arrivé au pouvoir à l'issue d'un putsch interne à son parti, aux dépens du modéré Malcolm Turnbull, fait un pari en espérant que l'électorat en général sera sensible à ces thèmes sécuritaires. L'Australie arrive fréquemment dans le peloton de tête des pays les plus sûrs du monde.
 

Demandeurs d’asile

Le gouvernement minoritaire de Scott Morrison va subir un premier test cette semaine, quand le Parlement examinera une proposition de loi soutenue par les travaillistes et les indépendants. Le texte vise à donner aux médecins le pouvoir de décider du transfert en Australie, pour y être soignés, des demandeurs d'asile relégués dans les centres de rétention off-shore.
 

Précédent?

Le gouvernement martèle qu'il ne permettra jamais à des demandeurs d'asile, ayant tenté illégalement de gagner l'Australie en bateau, de mettre un pied dans le pays. Aucun gouvernement n'a perdu un vote sur une question de politique majeure en près d'un siècle. Une défaite pour Scott Morrison pourrait provoquer une élection anticipée.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play