nouvelle calédonie
info locale

Aux calédoniens de prendre leurs responsabilités

référendum
Groupe de travail du comité des signataires
Groupe de travail du comité des signataires
L’Etat souhaite que le congrès détermine la date du référendum mais aussi la question qui sera posée aux Calédoniens en 2018.
Par ailleurs, le premier Ministre a annoncé que le prochain comité des signataires se réunira à nouveau à Paris dans la première quinzaine de mars.

# Aux élus du congrès de déterminer la date et le libellé du référendum

Edouard Philippe rencontrait cet après midi les groupes de travail du comité des signataires au haut-commissariat.
Une réunion dans la continuité du rendez vous parisien du 2 novembre, un état d’esprit constructif pour la préparation du référendum et du jour d’après.


Les Républicains Calédoniens : "avancer ensemble"
L'Etat a réaffirmé la nécessité d'avoir une question claire, retient Sonia Backès, ajoutant que le premier Ministre a été dans le sens de ce que les Républicains Calédoniens ont proposé : "Nous avons déposé une délibération au congrès pour fixer la date du référendum. Le premier Ministre a ajouté le fait que l'on puisse identifier la question, je pense que c'est une très bonne chose".

On est tous dans le sens d'avancer ensemble

"Personne n'a souhaité conserver le fait de modifier la question ou d'enlever aux Calédoniens, une partie du choix. Le premier Ministre a été très clair là-dessus."



Le Palika : "le processus de décolonisation se dénoue par le haut."
"Il y a des évolutions, note Paul Néaoutyine, certains parlent de palabre, d'autres de patrimoine commun, d'autres encore de souveraineté calédonienne."

"Comment on arrive à garder le partenariat, préserver le dialogue"

Paul Néaoutyine explique : "En ce qui nous concerne, nous sommes toujours là pour dire que nous avons donné une parole pour une période qui n'est pas encore achevée. Et donc, on souhaite que ce processus de décolonisation se dénoue par le haut.
On relance donc, nos co-signataires, qu'ils prennent leurs responsabilités quant aux transferts des compétences et la consultation de la pleine souveraineté."



Rassemblement Les Républicains : "Je prends acte de l'engagement de l'Etat"
Pierre Frogier a souligné que les propos du premier Ministre faisaient écho à sa proposition d'ouvrir ces discussions sur la base du "grand palabre".
Et de préciser : "Le palabre, ce n'est pas seulement qu'un mot, c'est une méthode. Je prends acte de l'engagement de l'Etat et je me fais fort à ce que les autres partenaires locaux s'engagent également."

La souveraineté n'est pas un tabou.


"Je souhaite que l'on soit capable de parler de tout. En confiance et dans le respect de ses interlocuteurs mais en confiance, sans tenter d''instrumentaliser, à tout moment, les échanges que nous pouvons avoir. Il n'y a qu'à cette condition que les responsables politiques seront à la hauteur des enjeux."


Calédonie Ensemble : "il faut maintenant travailler"
"On ne peut pas prétendre être un peuple souverain sur notre destin, se répète Philippe Gomès, et décider de sortir ou pas de la République et en même temps, être capable de fixer la date du référendum et la formulation la question, donc, je crois que cette initiative s'inscrit dans la dynamique du comité des signataires et du déblocage du gouvernement."

"Dans le document qui a été signé par l'intergroupe : l'UNI et l'Union Calédonienne, on a précisé que la consultation devait être préparée (...) l'écrin est posé, il faut maintenant que dans cet écrin, on travaille."


Et d'ajouter, "Dans le document qui a été signé par l'interegroupe : l'UNI et l'Union Calédonienne, on a précisé que la consultation devait être préparée, (...), qu'elle devait être sereine et sincère (...) l'écrin est posé, il faut maintenant que dans cet écrin, on travaille."


# Tenir le prochain comité des signataires début mars


A l'issue cette réunion des groupes de travail au haut-commissariat, le premier Ministre Edouard Phiippe a annoncé que le prochain comité des signataires se tiendra à Paris durant la première quinzaine de mars.
L'état d'esprit se veut constructif en vue de la préparation du référendum et de l'après-2018.

Edouard Philippe : sortie de la réunion du groupe de travail CDS


# Intensifier les discussions sur les convergences et les divergences avant le référendum


Le premier Ministre a insisté sur le fait que les discussions sur les convergences et les divergences soient intensifiées. 
Ces discussions portant sur les valeurs et l'après 2018 doivent être conclues avant la tenue du référendum.

Reportage Dave Waheo-Hnasson et Claude Lindor
©nouvellecaledonie

 


Publicité