publicité

Bilan 2018 : le plan "sécurité" de reconquête républicaine

Le plan de reconquête républicaine a été adapté aux spécificités des quartiers. Objectifs: renforcer la présence policière sur le terrain avec la police de sécurité du quotidien. Et renforcer la participation citoyenne. Après un an d'exercice, les résultats sont encourageants.

  • N.G
  • Publié le , mis à jour le
Dès janvier 2018, il a été retenu que les quartiers de reconquête républicaine concerneront le secteur de Pierre-Lenquette-Montravel-Tindu. Ces quartiers bénéficieront d’une mobilisation et de moyens renforcés depuis le 1er septembre dernier.
 

Les moyens d'actions en détail

Dans le cadre de la PSQ, plusieurs actions innovantes ont été conduites en 2018, les dispositifs déjà existants comme participation citoyenne y sont désormais intégrés et sont renforcés : 
 
  • Participation citoyenne
La participation citoyenne est un dispositif mis en place juillet 2017 à Dumbéa. Le concept est importé des Etats-Unis, se base sur la surveillance de voisinage.
Ce dispositif propose aux habitants de devenir acteurs de leur propre sécurité. C'est-à-dire de compléter l'action de la police/gendarmerie, en participant à la surveillance de leur quartier, dans le but de prévenir la délinquance et notamment les cambriolages ou les vols de véhicule.
Le dispositif Participation citoyenne se développe au Mont-Dore et bientôt à Rivière-Salée.
 
  • Création d’un groupe de sécurité de proximité (GSP)
Le GSP est implanté exclusivement dans le quartier de Pierre-Lenquette-Tindu-Montravel. Le petit commissariat de la cité à Nouméa, a été renforcé de quinze policiers. Ils concrétisent le «quartier de reconquête républicaine» voulu par Paris.
Les quinze policiers ne peuvent être détournés de leur secteur qu’en cas d’urgence absolue. 

Lutter contre l’insécurité du quotidien  :
  • cambriolages de logements et de locaux d’activité professionnelle,
  • délinquance juvénile,
  • violences intrafamiliales.  
 
  • Une innovation policière : délégué à la cohésion police-population
Deux postes de délégués à la cohésion police-population ont été créés au sein du quartier de reconquête républicaine. Ils sont en poste depuis début juillet 2018. Ils sont chargés de renforcer le lien entre la population, les acteurs de terrain et les services de police, à travers :
  1. La participation à des réunions de quartier, pour expliquer les missions de la police et recueillir les attentes de la population
  2. L’établissement de contacts permanents avec les 3 bailleurs sociaux présents sur le secteur, les commerçants et les représentants associatifs
  3. La gestion des conflits de voisinage, en lien avec les unités spécialisées de terrain
  4. L’accueil des habitants au sein d’une permanence, pour répondre à leurs besoins et prendre en compte leurs doléances
  5. La participation à des actions de sensibilisation en milieu scolaire, en complément des policiers intervenant en milieu scolaire (PIMS)
  6. La participation aux instances de pilotage et de suivi en matière de prévention de la délinquance
En métropole, les « délégués à la cohésion police-population » (DCPP) sont des fonctionnaires de police retraités. Ils exercent une mission de rapprochement police-population dans les quartiers identifiés comme prioritaires en termes de sécurité.
 
  • Création d’un groupe local de traitement de la délinquance (GLTD)
Animé par l’avocat général près la cour d’appel de Nouméa, le GLTD est constitué de représentants des services de police et de gendarmerie, d'un élu  de Nouméa et de la police municipale.
Il se réunira tous les deux mois dans cette configuration et rendra compte de son action deux fois par an, dans un format élargi.
Il permet au parquet de définir une politique pénale adaptée aux faits commis dans ou par des habitants du Quartier de reconquête républicaine.
 
  • Création d’un poste de référent sûreté
La création d’un second poste de référent sûreté sera dédié au secteur de Ducos qui concentre 35 % des cambriolages de locaux d’activité professionnelle en zone police, permettra de démultiplier le potentiel de visite auprès des victimes de cambriolages.
Il permettra également d’agir plus précocement, en faisant la promotion des dispositifs de prévention auprès de l’ensemble des commerçants.
Le référent sûreté assurera la formation des policiers du GSP comme « correspondants sûreté », afin que ceux-ci soient en mesure de lui apporter une aide de premier niveau.
 
  • Création de l’Unité canine légère
Cette unité canine est composée de 7 fonctionnaires et de 2 chiens, afin d’intervenir sur des situations difficiles comme les rassemblements de personnes alcoolisées ou les violences urbaines.
Ce nouvel équipage pédestre, composé de deux maîtres chiens et de deux bergers belges malinois, vient renforcer le dispositif de sécurité actuel.
Les patrouilles, particulièrement visibles, sont là avant tout pour dissuader tout acte de délinquance. Elles circuleront durant les plages horaires les plus sensibles, les après-midi, les débuts de soirée ainsi que les nuits de week-end. 
  • Création d’une cellule de contact 
Cette cellule a été créée au sein des brigades de gendarmerie de Dumbéa et de Pont-des-Français, qui se traduit par une présence visible et rassurante des forces de l’ordre auprès des populations.
 
  • Formalisation d’un partenariat avec le parquet et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie pour favoriser le développement des « alternatives citoyennes », permettant d’apporter une réponse plus rapide et plus systématique aux faits d’incivilité et de petite délinquance.
  • Institutionnalisation d’échanges d’informations à caractère nominatif dans le cadre des CLSPD, qui permet un meilleur repérage et un meilleur accompagnement des jeunes en voie de basculement dans la délinquance.
  • Création de l’antenne de la BDPJ de Koné, qui permettra d’accentuer le travail de prévention en milieu scolaire et d’accompagner les maires dans la mise en œuvre des alternatives citoyennes.
  • Engagement avec les importateurs de véhicules, les assureurs et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, pour doter les véhicules les plus volés de systèmes anti-vols performants.

Des résultats prometteurs

Les atteintes aux biens ont connu une légère régression 
  • Les cambriolages, les vols de voiture, les dégradations ,notamment ont baissé de -1,7%. Cette tendance à la baisse, déjà perceptible en 2017 (-1,3%), vient mettre fin à plusieurs années de hausse consécutive (+11% entre 2014 et 2016).
Les cambriolages de locaux d’activités professionnelle et associative (LAPA) connaissent une quasi-stabilité
  • Avec 26 faits en plus pour un total de près de 1200 faits (+2,29%).
  • A noter qu’en zone police, et malgré les phénomènes de pillages observés en début d’année, les cambriolages de locaux industriels et commerciaux sont en baisse de 6,43% (-27 faits).
Les vols liés aux véhicules à moteur sont en augmentation
  • les vols de véhicules et les vols à la roulotte : avec 84 faits en plus sur un total de près de 1 500 faits (5,9%). En revanche, en zone police ces ces faits baissent de 9,35% (-43 faits).
Les atteintes aux personnes poursuivent leur progression
  • Elles ont augmenté de +4,8%, en parallèle, l’évolution des violences physiques non crapuleuses augmente  de +4,1%. Elles sont le plus souvent commises dans le cadre intrafamilial.
 

Insécurité routière

"Avec 52 tués sur les routes en 2018, la mortalité routière est près de 4 fois supérieure à la moyenne métropolitaine "
(19,2 tués pour 100 000 habitants, contre 5,3).


Cette réalité n’a pas évolué depuis 20 ans (la moyenne de 50 tués par an), pas plus qu’en ce début d’année 2019 (4 tués au 5 février 2019).
Le nombre d’accidents et de blessés à la hausse
  • ce chiffre avait été divisé par deux en 20 ans. En 2018, il est reparti à la hausse: +20% d’accidents et + 15% de blessés.
Les forces de l’ordre ont reçu pour consigne de consacrer une part croissante de leur activité opérationnelle à la répression des délits routiers. Sur les 11 premiers mois de l’année 2018, les forces de l’ordre ont relevé :
  1. 3 183 infractions en lien avec l’alcool (+63%) et
  2. 8 525 infractions en lien avec la vitesse.

"Ces résultats sont très sensiblement supérieurs à ceux de la métropole : 4 fois plus d’infractions révélées en matière d’alcoolémie"


Ces résultats sont très sensiblement supérieurs à ceux de la métropole : 4 fois plus d’infractions révélées en matière d’alcoolémie (1184 pour 100 000 habitants contre 279) et 3 fois plus d’infractions révélées en matière de vitesse (3172 pour 100 000 habitants contre 973).
 

Stratégie de lutte contre la délinquance 2018-2019

La gendarmerie va consacrer 20% de son temps d’activité opérationnelle à la répression des délits routiers. Un objectif à atteindre notamment pour  le peloton motorisé (PMO) de Koné. Cette brigade est au travail depuis le mois d’octobre 2018. Ce renfort de 6 militaires entièrement dédiés à la police de la route en province Nord, permettra de poursuivre et d’amplifier cet effort en 2019.
 
  • Les opérations « Alternative à la sanction »
Ces opérations de contrôle seront menées tout au long du mois de mars. Elles sont menées en partenariat avec le parquet et le gouvernement de Nouvelle-Calédonie en 2018. .
Les contrevenants se verront proposer une alternative aux poursuites judiciaires, à travers des stages de sensibilisation qui seront organisés à Nouméa, Poindimié et Lifou.

Le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor 
CONFERENCE DE PRESSE ETAT MAJOR SECURITE

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play