nouvelle calédonie
info locale

Un « bolide de feu » observé dans le ciel au-dessus du Caillou

sciences
ACA
©Association Calédonienne d'Astronomie
C’est à l’occasion de la soirée de saint-valentin, ce vendredi 14 février que cette grosse étoile filante, appelée « bolide » a été observée depuis plusieurs endroits du territoire. Un éclair de feu rarement constaté sur le territoire, qui se produit en revanche chaque jour sur terre.
Sur les réseaux sociaux, les témoignages se sont multipliés à la suite de l'observation de cette « boule de feu » ayant traversé le ciel Calédonien.
« j’ai vu une lueur très blanche, très lumineuse, donnant l’impression d’être très proche », assure une internaute. « On a vu comme une étoile filante, tombée de nulle part. Ça n’a duré que quelques secondes, elle allait très vite, mais c’était beau. C’était très lumineux, les couleurs étaient vives, jaune/blanc et vert, avec comme un filament à l’arrière », renchérit une autre.

C’est ce vendredi 14 février, aux alentours de 21 heures, que ce « bolide », corps naturel solide extraterrestre ou « météoroïde », pénétrant dans l’atmosphère, a pu être observé par une partie des Calédoniens.
  

Phénomène lumineux


Un objet qui devait probablement faire la taille d’une bille assure Jean-Christophe Millot, vice-président de l’Association Calédonienne d’Astronomie.
 

Une « boule de feu provoquée par l’entrée dans l’atmosphère terrestre, d’un petit corps, plus ou moins gros, qui peut aller d'une l’étoile filante, soit de la taille d’un grain de riz, à un objet de plusieurs tonnes. Là, c’est plutôt un objet qui devait faire la taille d’une bille », assure le passionné.


Un phénomène lumineux particulièrement intense l’accompagnait, il s’agit d’une boule de feu de l’atmosphère, qui brûle autour de la bille allant à 20 000km/h, explique le vice-président de l’association. « Cette boule de feu peut faire plusieurs mètres de diamètre et être très lumineuse. Elle peut donc donner l’impression que l'objet a une taille beaucoup plus importante ». 
 

Pas de dangerosité


« Il n’y a jamais eu d’accident mortels de suite de météorites sur terre », rassure Jean-Christophe Millot. Un phénomène qui se déroule entre 30 et 80 km d’altitude, lorsque l’objet rentre en incandescence. « Ensuite, s’il reste quelque chose, soit ça va se dissiper dans l’atmosphère sous forme de poussière, soit il va rester une petite bille, qui va retomber sur terre », conclut le passionné.

Jean-Christophe Millot, vice-président de l’association calédonienne d’Astronomie, au téléphone d’Alix Madec :

Jean-Christophe Millot Association Calédonienne d'Astronomie