nouvelle calédonie
info locale

La Calédonie réagit à la disparition de Jacques Chirac

président de la république
Réactions au décès de Jacques Chirac
Des hommages émus ou plus contrastés, des anecdotes petites et grandes, de personnalités politiques ou d'anonymes : la Nouvelle-Calédonie aussi répond à la disparition de Jacques Chirac, un ancien président et ex-Premier ministre qui l'a beaucoup côtoyée, et marquée.
«C'était mon président.» «Un grand papa pour les Français et aussi pour les Outre-mer.» «Ma fille [l']a vu en chair et en os.» «En Calédonie, je dirais qu’il n’a pas fait que des choses sympathiques.» La mort de Jacques Chirac, disparu jeudi à l'âge de 86 ans, a provoqué une vague de réactions jusque parmi les habitants du Caillou. Car celui qui fut - entre autres - Premier ministre et président de la République aura eu une longue histoire avec la Calédonie
Lizzie Carboni et Laura Schintu ont recueilli quelques réactions :
©nouvellecaledonie

Ecoutez également le microtrottoir radio de Martine Nollet :

DECES DE JACQUES CHIRAC : MICROTROTTOIR RADIO

 

Pierre Frogier : «une personnalité hors du commun»

Au niveau politique, le sénateur LR Pierre Frogier a été l'une des premières figures calédoniennes à commenter cette disparition, et en montrant une vive émotion. A lire et écouter ici :  

Simon Loueckhote «orphelin»

Lui fut sénateur calédonien de 1992 à 2011. Simon Loueckhote aussi, a rapidement rendu hommage à l'ancien président, par le biais des réseaux sociaux. «Avec son décès, la France perd l'un de ses plus grands serviteurs. Avec sa disparition, la Nouvelle-Calédonie et les Outre-Mers perdent leur plus grand défenseur», écrit ce Chiraquien en relatant différentes anecdotes. «Son départ vers d’autres contrées, me laisse orphelin».
Simon Loueckhote était ce vendredi l'invité de notre JT, à retrouver ici.
©nouvellecaledonie
  

Harold Martin : un «moteur des accords»

Des anecdotes, Harold Martin en a racontées plusieurs dans le studio de NC la 1ere dont il était ce vendredi l'invité de la matinale radio. «Je reste infiniment persuadé que nous devons beaucoup à Jacques Chirac» qui «a inspiré les Accords de Matignon», a plaidé l'ex-maire de Païta, autrefois homme fort de Jacques Lafleur. 

Pascal Naouna se souvient des Evénements et de la Cohabitation

Pascal Naouna a de Jacques Chirac d'autres souvenirs. «La première réaction, c’est de dire nos condoléances à sa famille et aux proches», commence celui qui fut président de l’Union calédonienne entre 2001 et 2007. «Et ensuite, ce sont les souvenirs politiques qui reviennent derrière, surtout les Evénéments entre 84 et 88 et la période de la cohabitation entre 86 et 88.» Selon l'ancien responsable indépendantiste, «à la fois Jacques Chirac et le président de la République de l’époque, M. Mitterrand, sont responsables» du drame d’Ouvéa.
Ses propos recueillis par David Sigal :
©nouvellecaledonie
 

«Vive émotion» du gouvernement calédonien

«C’est sous sa présidence que l’Accord de Nouméa a été signé en 1998», retient l’hommage adressé par le gouvernement calédonien. «Plus d’une fois, le président Chirac s’est attaché à reconnaître les ombres et les lumières de l’histoire calédonienne et française», souligne encore l’exécutif présidé par Thierry Santa, qui salue aussi l’homme du musée du quai Branly» et l’«engagement pour la préservation de notre planète».
Le communiqué du gouvernement :

Hommage du gouvernement calédonien à Jacques Chirac by Françoise Tromeur on Scribd

 

Philippe Dunoyer : «une trace indélébile»

Le député Philippe Dunoyer, Calédonie ensemble veut retenir de lui la «longévité», la «grande proximité», les «décisions importantes» : «Ce n’est plus le temps de faire le procès de Jacques Chirac, c’est plutôt le temps de se souvenir de ce qu’il a accompli».
Une interview de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie
 

Jacques Lalié salue le triple visiteur des îles Loyauté

Le président de la province îles rend «un hommage particulier» à «l’un des rares chefs d’Etat [à] s’être rendu aux îles Loyauté par trois fois» et aux «moments d’échanges» survenus à ces occasions. Pour Jacques Lalié, Jacques Chirac «a œuvré pour que notre corps électoral soit gelé et que l 'accord de Nouméa soit signé». 

Sonia Backès : «un défenseur de la Calédonie française», mais...

Le gel du corps électoral, un legs que déplore la présidente de la province Sud. D’où cet hommage contrasté de Sonia Backès à Jacques Chirac.
Au micro de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie
A noter que la province Sud ouvre un registre de condoléances «aux Calédoniens qui souhaitent s’exprimer pour saluer la mémoire de l’ancien président de la République». Ce sera à partir de lundi, à 8 heures, dans le hall de la Maison Bleue. 
 

Le Rassemblement-LR à «l'homme du RPR»

Citons encore ce court hommage numérique du Rassemblement-LR : «Nous retiendrons l'homme du RPR qui a constitué une force pour défendre la Calédonie française».Sur son propre profil, la secrétaire générale du mouvement, Virginie Ruffenach, salue aussi l'ancien président. Non sans glisser: «Je préfère oublier le triste épisode du gel du corps électoral qui a marqué une rupture entre ce président adulé et les Calédoniens que nous sommes.» 
 
Jacques Chirac en 2003 à Koné, avec de nombreux élus calédoniens.
Jacques Chirac en 2003 à Koné, avec de nombreux élus calédoniens. ©Mairie de Poya
 

Souvenirs de Poya

Registre de condoléances à Poya, enfin, à partir de lundi et pour quinze jours. Yasmina Metzdorf qui dirige actuellement la commune relate au passage la dédicace laissée par Jacques Chirac lors de sa visite de 2003. En 1978, rappelle-t-elle encore, sous la mandature de Jean Delouvrier, il avait échangé quelques passes de football avec les jeunes de Népou.  
​​​​​​
Mot de Jacques Chirac en 2003,à la mairie de Poya
Une trace de Jacques Chirac à la mairie de Poya. ©Mairie de Poya
 
Lundi, jour de deuil national
La journée de deuil national décrétée par Emmanuel Macron pour lundi sera marquée sur le Caillou. Une dimension surtout symbolique: les drapeaux seront mis en berne sur les bâtiments et édifices publics, ce 30 septembre. Un moment de recueillement sera observé à 15 heures. Et les enseignants qui le souhaitent pourront évoquer en classe la mémoire de l’ex-chef de l’Etat. Mais aucune cessation d’activité n’est prévue : lundi, il y a aura bien cours, et les administrations fonctionneront.
 
Publicité