publicité

Calédoniens ailleurs

rss

Calédoniens ailleurs : Mathieu Tarantini, un parcours inattendu

Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Etudes, recherche d'emploi, envie d'ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l'aventure ailleurs ? Cette semaine, Mathieu Tarantini, jujitsuka.

Calédoniens ailleurs : Mathieu Tarantini, un parcours inattendu © David Brown
© David Brown Calédoniens ailleurs : Mathieu Tarantini, un parcours inattendu
  • Par Ambre Lefeivre
  • Publié le
Sportif, fasciné par les arts martiaux, Mathieu habite dans la petite ville de Campbellton au Nouveau-Brunswick, province canadienne. Charpentier l’été, il vit de sa passion, le jujitsu brésilien, le reste de l’année, Une existence loin de ce qu’il s’était imaginé.

Enfant, le Calédonien enchaîne les sports avec intérêt. Foot, judo, basket, boxe, il «aime se dépenser» mais apprécie particulièrement les sports de combat. « Je les trouvais cool et je me dis que chaque personne devrait être capable de se défendre comme chaque personne devrait être capable de nager. »  Après un bac STG, le Nouméen choisit de rentrer directement dans la vie active. Le jeune homme exerce comme jardinier puis charpentier pendant plusieurs années avant de bouleverser ses plans. Décidé à partir, Mathieu s’envole pour le Canada. « Beaucoup de Calédoniens partaient là-bas et tout le monde en parlait en bien, je voulais découvrir le pays. »

C'est au Canada que Mathieu s'est pris de passion pour le jiujitsu brésilien © David Brown
© David Brown C'est au Canada que Mathieu s'est pris de passion pour le jiujitsu brésilien

Il s’installe à Campbellton le 21 août 2013 pour suivre une formation de charpentier qui doit durer un peu moins d’un an. Le jeune homme voit sa vie une nouvelle fois bouleversée peu de temps avant la fin de son séjour. « J’ai découvert les arts martiaux mixtes à la télé – les Canadiens adorent ces sports – et j’ai eu envie d’essayer. » Dans la salle à côté de chez lui, le Calédonien prend goût à ces disciplines au point de s’y exercer tous les jours. « J’ai débuté avec la boxe thaï mais suite à une fracture au pied, je suis passé au jujitsu brésilien. » Mathieu a tout de suite le déclic avec ce sport. « A partir de là, ça été le début de la fin. C’est devenu addictif. J’ai découvert ce que je voulais faire de ma vie, pourquoi j’étais sur Terre. » Le sportif y prend tellement goût qu’en quatre mois, il décide de passer pro. Dès 2014, il débute les compétitions et gagne ses premiers combats.

Le Calédonien mène un bon début de carrière comme sportif professionnel © DR
© DR Le Calédonien mène un bon début de carrière comme sportif professionnel

Son quotidien s’organise alors entre ses voyages, notamment aux Etats-Unis et dans le reste du Canada, ses cours d’arts martiaux mixtes qu’il dispense dans une salle et ses petits jobs l’été pour « lui permettre de payer ses factures ». Après plusieurs mois de galère, le sportif obtient même sa résidence permanente.  Depuis, Mathieu continue son ascension. En septembre 2017, il gagne à New York le NAGA, le North America Grappelling, une des plus grosses compétitions de jujitsu brésilien d’Amérique du Nord. Le même mois, il remporte le bronze lors de la prestigieuse compétition panaméricaine de l’International Brazilian Jujitsu Federation (IBJJF).  Le Calédonien voit plus grand. Il voyagera cette année en Europe et à Abu Dhabi pour l’ ADCC Submission Wrestling World Championship et espère bien décrocher un titre. « Je suis à 10% de ce que je veux réaliser mais je suis déjà fier de ce que j’ai accompli. »

par ambre@lefeivre.info

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play