nouvelle calédonie
info locale

Calédoniens ailleurs : Mélanie Jourdain aménage son avenir

diaspora
Calédoniens ailleurs : Mélanie Jourdain aménage son avenir
Calédoniens ailleurs : Mélanie Jourdain aménage son avenir ©DR
Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Études, recherche d'emploi, envie d'ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l'aventure ailleurs ? Cette semaine, Mélanie Jourdain, étudiante ingénieur. 
« C’est compliqué de se projeter dans l’avenir quand tu n’as pas de rêve d’enfant ». Indécise sur son futur, Mélanie a suivi une voie qui n’était pas forcément la sienne. Après s’être cherchée et beaucoup questionnée sur son avenir, la Calédonienne a trouvé aujourd’hui un début de réponse.

Au sortir du lycée, la Nouméenne n’a pas d’idée sur son projet professionnel. Bonne élève, elle a suivi les conseils de ses professeurs en choisissant de passer un bac S et s’est orientée vers une option sciences de l’ingénieur. « Ce sont des domaines qui m’intéressaient et touchaient des métiers pas ‘très féminins’ ». Bachelière en 2011, elle continue sur cette voie-là et s’inscrit en BTS assistant technique d’ingénieur. Si la première année se passe bien, durant la seconde, la jeune fille pense à se réorienter. « Je me suis rendu compte que j’avais juste suivi le mouvement mais ça ne m’intéressait pas ». Séduite par la communication, elle redoute de tout recommencer depuis le début et surtout de ne pas avoir de place dans un BTS traitant de ce domaine. Résignée, Mélanie continue et obtient son diplôme avec de bons résultats avant de se lancer dans d’autres projets. Mélanie réalise ainsi toutes les démarches pour devenir jeune fille au pair en Australie mais un coup du sort l’oblige à revoir ses plans. Sa famille d’accueil annule au dernier moment.

Mélanie est étudiante à l’école polytechnique de l’université de Tours, option génie de l’aménagement
Mélanie est étudiante à l’école polytechnique de l’université de Tours, option génie de l’aménagement ©DR

La Calédonienne d’origine martiniquaise avait toutefois assuré ses arrières en soumettant sa candidature pour intégrer la prépa Adaptation Technicien Supérieur (ATS). Acceptée, Mélanie intègre la prépa en février 2014 pour un an et demi de préparation. Les concours passés et après quelques déceptions,  l’étudiante choisit d’intégrer l’école polytechnique de l’université de Tours, option génie de l’aménagement. « Ce qui m’a plu, c’était de découvrir le côté environnement et urbanisme et d’en finir avec des cours comme la mécanique ou l’électrique ». Si la jeune femme se réjouit de la fin de certaines matières, sa première année est difficile. « J’ai eu du mal à m’intégrer. Je trouvais que certains cours n’étaient pas à la hauteur ». Là encore, Mélanie, frustrée, se remet en question mais joue au final la carte de la prudence. « Je n’avais pas envie d’arrêter. Je ne me voyais pas tout reprendre à zéro »

Grâce à ses études, Mélanie a pu voyager en Ecosse, au Québec ou encore à New York
Grâce à ses études, Mélanie a pu voyager en Ecosse, au Québec ou encore à New York ©DR

La deuxième année apporte plus de motivation. Mélanie choisit une nouvelle option, « réseaux », se spécialise dans la valorisation des déchets et part un semestre au Québec. Actuellement en troisième année, la Calédonienne de 24 ans reste motivée et a des projets plein la tête. Après son diplôme, l’étudiante espère faire une formation rapide en management et pouvoir monter à l’avenir son propre bureau d’études dans les déchets voire sa propre entreprise. « J’ai l’impression d’avoir loupé ma voie qui aurait été plus dans le management ou la communication. J’en ai trouvé une autre mais je finirais par atteindre ce que je veux d’une manière différente ».

par ambre@lefeivre.info 
Publicité