nouvelle calédonie
info locale

Calédoniens ailleurs : Nawel Riahi, un soutien 100% local

diaspora
Calédoniens ailleurs : Nawel Riahi, un soutien 100% local
Calédoniens ailleurs : Nawel Riahi, un soutien 100% local ©DR
Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Études, recherche d’emploi, envie d’ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l’aventure ailleurs ? Cette semaine, Nawel Riahi, consultante en stratégie. 

 
« Un peu d’aide nous fait grand bien » disait l’écrivain français Jean Frain du Tremblay. Une phrase qui illustre le parcours de Nawel. Au sortir du lycée, la Calédonienne « n’avait aucune idée de quoi faire ni vers quoi s’orienter ». En poussant la porte de Après-Bac Service et de Cadres Avenir, l’étudiante a pu trouver sa voie, tout en bénéficiant d’un précieux soutien. 

Après l’obtention d’un bac ES en 2013 et mue par l’envie d’étudier ailleurs, la métisse kanak se tourne vers Après-Bac Service (le dispositif mis en place en 1990, a été créé dans le but de constituer un vivier destiné à alimenter Cadres Avenir. Il est aujourd’hui arrêté ndlr). Après des tests effectués pour découvrir son profil et quelles études lui correspondent, Nawel est orientée vers un DUT gestion administrative et commerciale des organisations. « Ca me convenait car c’était une formation polyvalente et c’est ce que je recherchais. » La jeune femme s’installe à Agen pour ses études. Satisfaite de ce diplôme qui lui a permis d’effectuer un semestre dans un Cégèp (Collège d’enseignement général et professionnel) à Montréal, l’étudiante décide de se spécialiser dans la communication et le marketing. 
 
Nawel avec ses camarades de promo d’Après-Bac Service et de Cadres Avenir 
Nawel avec ses camarades de promo d’Après-Bac Service et de Cadres Avenir  ©DR

« Plus que le commerce pur et dur, ce qui m’intéressait, c’étaient les aspects stratégique, managérial et créatif. » La Calédonienne peut également compter sur l’appui d’Après-Bac Service. « J’avais un suivi scolaire et extra-scolaire via la présence de l’Association Calédonienne d’Enseignement Scientifique, Technique et Economique, rattachée au Conservatoire National des Arts et Métiers (ACESTE- CNAM). » Pour sa troisième année, Nawel intègre le bachelor de la Toulouse Business School. Elle passe alors du programme Après-Bac Service à celui de Cadres Avenir, le dispositif ayant été étendu aux étudiants. Confortée dans son choix, l’étudiante poursuit avec un MBA digital manager effectué à l’Institut Supérieur Européen de Gestion. L’occasion pour elle d’effectuer un stage en Nouvelle-Calédonie dans une agence de communication. « J’avais envie de faire au moins un stage sur le Caillou avant la fin de mes études pour me créer un réseau. » Pour sa cinquième et dernière année d’études, la jeune femme choisit de faire un stage en alternance au sein d’une start-up, Demooz (spécialisé dans le testing de produits avant achat). « J’avais envie d’aller en entreprise pour voir l’autre côté de la barrière, voir comme cela se passait. » 
 
La Calédonienne est titulaire d’un DUT, d’un Bachelor et d’un MBA en digital marketing. 
La Calédonienne est titulaire d’un DUT, d’un Bachelor et d’un MBA en digital marketing.  ©DR

L’expérience s’avère plus que concluante puisque Nawel se voit proposer de devenir consultante en stratégie pour l’entreprise à la fin de ses études, en juin dernier. « J’ai accepté car cela coïncidait avec la fin de ma bourse Cadres Avenir. Et puis j’ai envie de rester un peu en France pour avoir un maximum d’expérience dans le domaine du marketing digital. » La jeune auto-entrepreneuse envisage un retour au pays d’ici la fin de l’année prochaine. « J’aimerais trouver un poste en agence, travailler sur plusieurs projets, avoir plusieurs clients. A terme, j’aimerais créer ma propre entreprise, quelque chose qui servirait la population. » Quant aux dispositifs dont elle a bénéficié, Nawel n’y voit que du positif. « C’est un super accompagnement, ça m’a aidé à bien trouver ma voie. C’est une chance de pouvoir y accéder. » 

par ambre@lefeivre.com 
Publicité