nouvelle calédonie
info locale

Calédoniens ailleurs : Romain Barachet, résolu à prendre son envol

diaspora
Calédoniens ailleurs : Romain Barachet, résolu à prendre son envol
Calédoniens ailleurs : Romain Barachet, résolu à prendre son envol ©Romain Barachet
Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Etudes, recherche d’emploi, envie d’ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l’aventure ailleurs ? Cette semaine, Romain Barachet, instructeur de vol à vue.
« J’ai toujours été mon pire ennemi. Je me suis toujours mis des limites pendant longtemps ». Alors que Romain semblait se résigner à vivre une vie qui ne lui convenait pas, le Calédonien a décidé de croire en lui et en ses rêves.
 
Mal à l’aise à l’école et mauvais élève comme il l’avoue, le jeune homme quitte le système scolaire à 16 ans. Sans le bac, il passe d’un petit boulot à un autre. Le Nouméen cherche sa voie et va même jusqu’à tenter le concours de gendarme adjoint volontaire. Mais ce que Romain aime, ce sont les avions. Elevé à Magenta, tout près de l’aérodrome, il s’est pris de passion « pour ses grands oiseaux et les pilotes ». Persuadé qu’il n’a pas les capacités pour faire ce métier, le Calédonien aide son père qui possède une entreprise de BTP. Sa frustration augmente quand il travaille sur un chantier à l’aéroport de Tontouta. « Je voyais les avions décoller et atterrir sous mon nez et moi j’étais là à faire quelque chose que je n’aimais pas ». Encouragé par ses parents, il part à 18 ans quelques mois en Nouvelle-Zélande apprendre l’anglais. 
Le Calédonien s'est formé à Auckland
Le Calédonien s'est formé à Auckland ©Romain Barachet
A côté de son école de langues, cet ancien cavalier découvre l’International Travel College (ITC) à Auckland.  Séduit par cette école qui propose des formations pour devenir pilote ou naviguant, Romain décide de tenter sa chance. Avant de commencer sa formation, il doit rentrer en Nouvelle-Calédonie. Pensant y passer en coup de vent, une déception amoureuse le fait rester un an sur le Caillou. Là encore, les encouragements de sa famille poussent le jeune homme à partir se former. « Mes parents ont cru en moi bien plus que je n’ai toujours cru en moi-même ».A l’ITC, Romain n’ose pourtant pas aller au bout de son rêve et décide de passer le certificat d’aviation dans l’idée de devenir steward. C’est encore une fois l’intervention de ses proches qui change la donne. Sa famille d’accueil néo-zélandaise lui offre une séance de pilotage.
En vol, le Calédonien a le déclic. « Je n’arrivais plus à dormir, je ne pensais plus qu’à ça : voler ».  Grâce au soutien de ses parents, Romain s’inscrit à la Ardmore Flying School. La formation est difficile surtout pour le Calédonien qui doit combler ses lacunes mais l’étudiant est déterminé. Diplômé de l’ITC, il obtient avec succès les licences qui lui permettent de devenir pilote. Séduit par les cours qu’il reçoit, il passe également la formation d’instructeur de vol à vue. Si aujourd’hui, le jeune homme de 22 ans a la possibilité d’enseigner sa passion au sein de son école, le Calédonien voit plus loin. Romain rêve de devenir pilote de l’extrême et d’exercer un jour comme bush pilot

Romain nous fait partager quelques instants de ses séances de vol, avec une petite séquence « sensation extrême » à la fin : 
Calédoniens ailleurs : Romain Barachet, résolu à prendre son envol

par ambre@lefeivre.info