nouvelle calédonie
info locale

Les Calédoniens toujours attirés par les séjours linguistiques

Océan Pacifique
salon des échanges à l'international
©La 1ère
En marge du salon de l’étudiant, un salon international des études supérieures et des séjours linguistiques se tenait ce week-end à l'Anse-Vata. Du collège à l’université, la tentation - onéreuse - d’une expérience à l’étranger attire de plus en plus de Calédoniens. 
 
Très populaires chez les jeunes et appréciés par les parents, les stages linguistiques en Australie ou en Nouvelle-Zélande ont toujours le vent en poupe en Nouvelle-Calédonie. Au dernier salon international des échanges à l’international, de nombreux visiteurs étaient à l’affût d’informations pouvant les amener à concrétiser leur projet d’immersion dans la culture anglo-saxonne. A l’instar de Maya Konyi, élève de seconde, déterminée. « J’ai toujours été intéressée par la Nouvelle-Zélande, ce serait un plaisir d’aller là-bas pour vivre une expérience scolaire et culturelle. »


« Une expérience reconnue internationalement » 


Dans l’établissement de prestige Grammar school Takapuna, les commerciaux vantent l’excellence de l’éducation dispensée dans leur école. « On offre une expérience reconnue internationalement, on compte une vingtaine de nationalités dans notre école, on prépare les élèves à deux diplômes reconnus, un certificat national et un baccalauréat international. » De quoi, rassurer les parents qui y voient l'occasion idéale pour leurs enfants d'améliorer leur niveau d’anglais, voire de devenir bilingues, grâce à des cours de qualité. « On nous propose de nous aider pour tout le côté administratif mais aussi tout ce qui concerne l’hébergement et dans le choix de l’université la mieux adaptée à notre enfant. En revanche, on ne nous donne pas le prix, du moins pas de tout de suite. Ce sera la surprise! » explique Anita de Saint-Quentin.  


Des voyages réservés aux plus aisés 


S’il n’est pas toujours facile pour les familles de se repérer parmi les différentes formules proposées, les palettes de prix sont également assez larges entre les prestations (école, nombre de personnes dans les classes, hébergement, etc..) et le service (conseil, accompagnement dans les démarches, assistance, etc..) Globalement, les séjours linguistiques coûtent cher, sans garantie de résultats. Si certains organismes tardent à évoquer le coût de l’expérience, d’autres établissements n’en font pas un secret. « Ça coûte environ 15 000 dollars NZ (soit 1 053 098 FCP), ça comprend l’intégralité des cours sans compter l’hébergement. » confie Grant Simpkins, directeur département étranger Grammar school Takapuna. 


Un certain niveau de langue requis pour faire des études 


Reste le problème linguistique, à savoir être capable de suivre des cours dans une université anglophone. « Pour entrer dans une université ou dans certaines formations comme un ITC en tourisme, les étudiants doivent avoir un certain niveau d’anglais, ce qui me paraît logique, il faut avoir au minimum 5.5/6 points au IELTS. » explique Marie-Aimée Martin, présidente de l’association ASERM.

L’IELTS (International English Language Testing System), un chemin incontournable pour qui veut suivre un cursus chez nos voisins. Ce test de niveau, l'un des plus connus et les plus passés au monde avec le TOEFL et le TOEIC, nécessite entre trois et neuf mois de cours intensifs suivant le niveau d'anglais courant de chaque étudiant. 


Le reportage de Bernard Lassauce et Gaël Detcheverry
©nouvellecaledonie

L'interview de Paul Wilson, Consul général d'Australie, invité du JT ce samedi 3 août 2019
©nouvellecaledonie


 
Publicité