CCS et sécurité routière : Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement, invité de la matinale

invités de la rédac
Gilbert Tyuienon, invité de la matinale du 29 juin 2022
Gilbert Tyuienon, invité de la matinale du 29 juin 2022 ©NC La 1ère
Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement en charge de la fiscalité et de la prévention routière, était l’invité de la matinale radio du mercredi 29 juin. Il est revenu sur la nouvelle hausse de la contribution calédonienne de solidarité (CCS) et sur la politique de lutte contre l’insécurité routière.

A l’issue de débats houleux, les indépendantistes et l’Eveil océanien ont adopté, ce mardi à 27 voix, la nouvelle hausse de la contribution calédonienne de solidarité (CCS). Une augmentation qui prendra effet à compter du 1er juillet. "C’est une des solutions pour redresser les comptes sociaux de notre pays. Il fallait que l’on agisse ensemble pour résorber, en partie, le déficit structurel du RUAMM qui s’élève à une trentaine de milliards depuis presque huit ans et le déficit annuel de 14 milliards de francs", explique Gibert Tyuienon. 
Concrètement, ce taux de référence sera désormais fixé à 4% au lieu de 2,6% pour les produits d’épargne ou de placement, pour les produits des jeux et pour les revenus du patrimoine. Pour les revenus d’activité, le taux minoré passe de 1,3% à 2%. En revanche, le taux minoré pour les revenus de remplacement et de solidarité (allocations chômage et familiales par exemple) est maintenu à 1,3%, précise le membre du gouvernement en charge de la fiscalité.
 

"La mortalité sur nos routes n’est pas une fatalité"

Depuis le 1er janvier, trente personnes sont décédées sur les routes calédoniennes, c’est neuf de plus que l’an dernier à la même période. Le constat est dramatique, jamais la Nouvelle-Calédonie n’avait connu un tel bilan depuis une dizaine d’années. "La mortalité sur nos routes n’est pas une fatalité, mais il faut changer nos comportements", assure Gilbert Tyuienon en charge de la prévention routière au gouvernement, qui reconnaît que "la discussion a été assez ardue. Nous avons donc décidé en collégialité de proposer un plan de lutte simple".

Conseil calédonien de sécurité routière

La première réunion du conseil calédonien de sécurité routière s’est tenue la semaine dernière au gouvernement en présence de l’ensemble des partenaires civils et institutionnels. Cette rencontre a permis de présenter la réorganisation stratégique de la gouvernance ainsi que la nouvelle phase d’actions, préparée dès le second semestre 2021. Ce plan d’action est défini en sept axes : l’éducation, la prévention, les contrôles, la répression, les infrastructures, les véhicules et la communication.
 

Le gouvernement va déployer davantage de mesures de prévention

L’éducation et la prévention seront les priorités du gouvernement en 2022 en matière de sécurité routière. "Des actions à l’école, dans les collèges et les lycées seront proposées. Il s’agit de définir avec le vice-rectorat comment intégrer dans le circuit scolaire ce plan de prévention". Des actions sur le terrain seront également mises en place en concertation avec les associations de prévention.
 

Vers une modification du code la route ?

Le gouvernement annonce une augmentation des contrôles et des radars d’ici la fin de l’année pour "ne plus laisser faire les délinquants de la route", et envisage de modifier le code de la route. "Des groupes de travail réfléchissent aux mesures appropriées".
 

Dégradation du réseau routier

Les comportements à risques ne sont pas le seul facteur d’accidentalité en Nouvelle-Calédonie. Il y aussi le réseau routier : nids de poule, panneaux illisibles, absence de marquage au sol, chaussées mal entretenues… Le gouvernement va engager des moyens pour remettre en état les routes : "on va en priorité engager des travaux au Col de la pirogue, une zone particulièrement accidentogène pour éviter les chocs frontaux".
 
Un entretien à retrouver dans son intégralité ici.