publicité

Ces vidéos d'abus policiers qui secouent la Calédonie

La semaine a été marquée par la révélation d'humiliations que des agents de la police nationale ont infligées ces derniers mois à des jeunes interpellés. Et qu'ils ont filmées. Le directeur de la sécurité publique a parlé de «manquements avérés au code de déontologie» et de «suites disciplinaires».

© DR et NC la 1ere
© DR et NC la 1ere
  • Christiane Poédi et Brigitte Whaap, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
La scène se passe dans un commissariat de police de Nouméa. Un jeune homme prend le chemin de sa cellule, et subit au passage les moqueries et le geste déplacé d’un agent. Ces images ne viennent pas d’un tournage en caméra cachée. La personne qui filme est bien un policier en service. Et il n’est pas le seul à vouloir immortaliser ces instants qu’il n’imagine visiblement pas être dégradants.
Le sujet de Christiane Poédi et Brigitte Whaap diffusé le 23 novembre.
ABUS COMPORTEMENTS POLICE
 

Un sexe dessiné sur les habits 

Autre lieu, autre scène, là encore filmée par un policier en patrouille. On y voit un jeune interpellé pour avoir tagué un mur. Il est élève au lycée Petro-Attiti, à Rivière-Salée. L’agent de police se met à dessiner sur ses vêtements un sexe masculin, et une insulte.
 

Ce sont des manquements avérés au code de déontologie
Alain Martinez

  

Enquête

La chaîne Caledonia a révélé en début de semaine ces vidéos et d'autres «transmises à la rédaction», dont «les faits se seraient déroulés de mai à septembre de cette année». Depuis leur diffusion, à la télé et sur Internet, la polémique enfle. Obligeant la police à déclencher une enquête. «Ce sont des manquements avérés au code de déontologie, réagit le commissaire Alain Martinez, directeur de la sécurité publique. Même si […] ce ne sont pas des infractions pénales, le code de déontologie a été enfreint et il y aura des suites disciplinaires, de tout évidence.»
 

Le procureur général aurait la possibilité de suspendre, voire de retirer, l’habilitation d’officier de police judiciaire
Alexis Bouroz

 

Plus loin 

Le parquet de Nouméa, qui suit l’affaire de près, ajoute que cette enquête devra aller plus loin. «Si on venait à découvrir qu’un officier de policier judiciaire avait participé à ces faits, précise Alexis Bouroz, à ce moment-là, le procureur général aurait la possibilité de suspendre, voire de retirer, l’habilitation d’officier de police judiciaire.»
 
© NC la 1ere
© NC la 1ere
 

On doit avoir un comportement absolument irréprochable vis-à-vis de la population qu’on est amené à appréhender
Jean-Jacques Deswarte

 

Dans le code

De nombreuses questions restent en suspens, notamment la formation des futurs policiers. Les notions juridiques sont-elles assimilées? Maître Jean-Jacques Deswarte en doute, après visionnage des vidéos. Et de lire un extrait du code de déontologie de la police nationale: «Toute personne appréhendée et placée sous la protection des policiers est préservée de toute violence et de tout traitement inhumain ou dégradant. Cela veut donc dire, ajoute l'avocat, qu’on doit avoir un comportement absolument irréprochable vis-à-vis de la population qu’on est amené à appréhender.»
 

Vues plus de 100 000 fois 

Au 22 novembre, les vidéos totalisaient plus de 90 000 vues, et 101 000 deux jours après, entraînant les réactions violentes d’internautes. Pour ne rien arranger, les identités des policiers ont été dévoilées. Ils demeurent en fonction, et ont été placés sous la protection de leur hiérarchie.
 

Une très mauvaise image de ce que c’est que la police puisqu’on les violente, on les humilie
Elie Poigoune

 
© NC la 1ere
© NC la 1ere
 

Question de confiance

Le président de la ligue des Droits de l’homme de Nouvelle-Calédonie demande à la police d’être exemplaire. «A partir du moment où la police donne cette image-là, personne n’a plus confiance en elle, déplore Elie Poigoune. Il faut qu’ils donnent l’exemple. Les jeunes, là, qui sont interpellés ont eu une très mauvaise image de ce que c’est que la police puisqu’on les violente, on les humilie, et devant tout le monde.»
 

Appel à la retenue 

Sur sa page Facebook officielle, le FLNKS appelle ses militants à la retenue et à ne pas céder à la provocation. Pour éviter tout conflit après le référendum. Quant à la chaîne Caledonia, elle a expliqué les raisons pour lesquelles elle «a décidé de diffuser les vidéos»: «En aucun cas pour faire le buzz, mais pour informer les citoyens de leurs droits et jouer le rôle de lanceur d'alerte.»
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play