Cette hausse apparente du nickel qui ne suffit pas à la Nouvelle-Calédonie

chronique économique
LME
Devant le London Metal Exchange à Londres ©Alain Jeannin
L'augmentation des liquidités en Chine, par de nouveaux prêts aux entreprises, a favorisé le dynamisme des cours du nickel, dont elle est le premier importateur mondial. Mais, l'ombre de la guerre des prix plane en permanence sur le marché mondial. La Nouvelle-Calédonie en fait partie.
Le prix du nickel a atteint son cours le plus haut depuis le 23 janvier. Au même moment pourtant, le cours de l’action Eramet perdait 3,66 %. La Bourse de Paris a réagi à la situation alarmante de la Société Le Nickel, filiale du groupe français de la transition énergétique, en Nouvelle-Calédonie.


Le "Soldat Le Nickel" se bat du mieux qu'il peut

La SLN pourrait ne plus avoir de trésorerie en fin d’année. Elle subit une concurrence internationale, celle des pays producteurs de nickel et des entreprises à bas coûts, qui l’obligent à accepter un rabais sur le prix de son ferronickel, pourtant l’un des meilleurs au monde. Cette remise, ou "prime négative" est obtenue par les sidérurgistes de l’acier inoxydable et acceptée par la concurrence. C'est la loi du marché, seuls les producteurs les moins chers, sans réelle obligation sociale et environnementale, s’en sortent quand le cours du nickel est bas. Depuis plus de 6 moins, le prix de vente réel des alliages calédoniens de nickel serait inférieur de plus de 1 000 dollars par tonne au cours officiel du métal à la Bourse des métaux de Londres. Même si les situations sont différentes, les trois usines calédoniennes sont dans le rouge. Et la situation des mineurs du Territoire, comme Montagnat ou Ballande, est aussi préoccupante. 
 

La City spécule à la hausse

Loin de la Nouvelle-Calédonie, la valeur des contrats à terme sur le nickel a augmenté à la City de Londres, le positionnement des investisseurs étant devenu moins pessimiste. "On voit que les négociants du LME(Bourse des métaux de Londres ndlr) ont réduit leurs paris baissiers", a déclaré Andy Farida, analyste de Fastmarkets. "Et malgré la reprise des exportations de minerai des Philippines, car il s’agit de minerai à faible teneur ", a précisé Alastair Munro de Marex Spectron.

Les perspectives à plus long terme devraient voir la demande pour le nickel s'améliorer. Les politiques de soutien à la croissance et les programmes d'assouplissement monétaire de diverses économies développées et en développement sont fortement axés sur les projets d'infrastructure à forte demande de métaux. Dans un environnement monétaire ultra-accommodant - les principales banques centrales ont promis d'injecter des sommes inédites de liquidités dans l'économie. Plus précisément cette semaine, La forte demande du secteur de l'acier inoxydable a soutenu le prix officiel du nickel à la Bourse des métaux de Londres, a encore indiqué le négociant Marex Spectron.


La pandémie de Covid-19 donne la fièvre au cuivre

Le nickel a aussi bénéficié de la flambée du cuivre dont le cours s'est de nouveau apprécié cette semaine atteignant un plus haut depuis avril 2019, soutenu par les risques qui pèsent sur l'approvisionnement en Amérique du Sud. L'analyste de la Commerzbank Eugen Weinberg évoque même une "flambée" des cours du métal rouge, qui tire derrière lui l'ensemble des métaux industriels. "La hausse des prix est liée aux préoccupations côté offre", explique-t-il à l'AFP, avec "un risque de perturbation de la production à cause des milliers de travailleurs absents" voire de "fermeture de mines".

Le Chili, premier producteur mondial de cuivre, a dépassé cette semaine les 300.000 personnes atteintes de Covid-19, et dépassé le seuil des 10.000 morts le week-end dernier.

Le Pérou, un des principaux producteurs mondiaux de cuivre mais aussi d'or, d'argent, de zinc, d'étain et de plomb, affiche des chiffres comparables.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois s'échangeait à 6.418,50 dollars vendredi à 15H40 GMT, contre 6.017,00 dollars le vendredi précédent en fin de séance (+6,80%).

La tonne de nickel a terminé la semaine à 13.550 dollars: +2,63 % [Semaine +4,43 %]
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live