nouvelle calédonie
info locale

Challenger Noumea : Gulbis réjouissant, Lamasine plébiscité

sportncla1ère
Ernests Gulbis (en blanc) a autant usé des aces que des amortis pour sortir difficilement Marterer.
Ernests Gulbis (en blanc) a autant usé des aces que des amortis pour sortir difficilement Marterer. ©Ligue calédonienne de tennis
Parmi les temps forts de la première journée des internationaux de tennis, le match très serré et spectaculaire du Letton Gulbis contre l'Allemand Marterer. Très soutenu, le Français Lamasine est lui est aussi passé en trois sets. 

Gulbis : savant mélange de force et finesse


Le Letton, annoncé voilà six ans comme un futur n°1 mondial potentiel, a dégringolé au classement ATP. Pour autant, même 226e mondial, ce joueur de 31 ans vaut le détour. Il montre une puissance ahurissante au service, et une grande palette de coups. S'il n'a pas su bien démarrer son premier set perdu 6-1 contre Maximilian Marterer hier, il a dominé le second 6-2 avec une série impressionnante d'amortis sur son revers ou en coup droit, depuis le fond de court, ou près du filet. Un exercice qu'il a maîtrisé quasi-parfaitement. 

"Il y avait beaucoup de vent, ce n'était pas facile de trouver le bon rythme. Je voulais surtout mettre la balle dans le court. C'est le premier match de la saison, ce n'est pas facile. Parfois, vous n'avez pas forcément les meilleures idées, mais elles peuvent marcher, ou pas. J'aurais aimé ne pas avoir à faire autant d'amortis dans ce match" Ernests Gulbis.  
 


Dans la dernière manche, chacun empoche son service. Marterer prend l'avantage 5-4. On imagine une réponse rapide. Erreur. Trois coups droits, tous trop longs. Trois balles de set et de match pour l'Allemand. Gulbis trouve cependant les ressources : un ace, un service gagnant, une diagonale fouettée, puis un nouvel ace. Il égalise à 5-5 après un lob bien senti que son rival smashe dans le filet. Marterer se ressaisit pour mener 6-5, mais l'ancien n°10 mondial reste dans le coup, avec trois nouveaux aces, dont le dernier sur sa deuxième balle ! Au tie break, il s'impose finalement 7-5 en étalant sa panoplie (amorti, ace, deux missiles long de ligne en revers puis coup droit). 

" Le premier set, c'était vraiment le jeu de celui qui arrive à mettre deux bonnes balles d'affilée dans le terrain. Dans les deux suivants, je pense qu'on a tous les deux montré un meilleur tennis en gagnant de vrais points. Il faut avoir un peu de chance de temps en temps " Ernests Gulbis.


Le public derrière Lamasine

Tristan Lamasine évoque le soutien du public nouméen
Tristan Lamasine évoque le soutien du public nouméen ©Ligue calédonienne de tennis


S'il restait du public pour voir Gulbis gagner, il était beaucoup plus volumineux pour assister au match de Tristan Lamasine, vainqueur du tournoi du Receiving, face à l'Espagnol Miralles. Le soutien a porté le Français dans une rencontre qui s'est également disputée en trois sets. Score final : 4-6, 6-4, 7-5. Le Challenger commence bien pour un joueur qui apprécie particulièrement d'être ici :

Tristan Lamasine évoque le soutien du public nouméen


D'autres tricolores étaient en lice au premier tour ce lundi. Hugo Gaston, 19 ans, a sorti le Chinois Baï 6-4, 7-6, et Alexandre Muller, 22 ans, a éliminé son compatriote Quentin Halys (finaliste au Receiving) 7-6, 6-1. Enzo Coaucaud a perdu face au Kazakh Popko 6-4, 7-5. 

Un forfait, un heureux


Première surprise de cette édition 2020, le forfait inattendu de l'Australien Duckworth. C'était le troisième meilleur joueur inscrit en étant 100e à l'ATP. Blessé à l'épaule, il a préféré faire l'impasse sur le Challenger pour arriver plus en forme à l'Open d'Australie, chez lui. Le Tchèque Kolar a été intégré au tableau principal, et le Sud-coréen Ji Sung Nam, en tête de liste des réservistes, a été appelé pour affronter le Taïwanais Wu en match de qualification. Il a su saisir sa chance et l'emporter 6-4, 3-6, 6-3. Dans l'autre match pour accéder au tableau principal, Thai-Son Kwiatkowski a sorti Mathias Bourgue 6-4, 3-6, 6-4 après avoir été mené 4-2 par le Français dans la dernière manche.