nouvelle calédonie
info locale

Chronique du nickel : des prévisions plus sombres malgré le compromis du Brexit

industrie
NICKEL
Du nickel calédonien SLN25 dans les haubans en inox du pont Queensferry Crossing à Edimbourg ©Alain JEANNIN
En proie au doute, face à l’évolution des relations commerciales sino-américaines, la Bourse des métaux de Londres (LME) a cédé du terrain. Un négociant évoque une séance particulièrement tendue pour le nickel. Le fragile compromis sur le Brexit a provisoirement enrayé la chute des cours.
 
Ce fut un petit "mardi noir" à la Bourse des métaux de Londres (LME). Le nickel a connu une fin de séance qualifiée de "dramatique" par Marex Spectron, le principal négociant londonien du métal. Le nickel a été la victime collatérale de la promulgation d’une loi américaine, visant à soutenir les manifestants de Hong Kong. Elle étouffe tout espoir d’un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Pour ne rien arranger, le LME venait d’apprendre que Washington, en raison de l’offensive contre les Kurdes en Syrie, avait décidé une forte hausse des taxes douanières sur l’acier turc, et notamment sur l’acier inoxydable au nickel. "Le nickel a commencé à baisser, reflétant le manque d’acheteurs et des annulations de contrats" a déclaré le directeur général de l'agence industrielle Kingdom Futures, Malcom Freeman.

16 h 59 : chute du nickel à Londres
Ce mardi 15 septembre restera une journée sombre pour le nickel. Le métal a enregistré sa plus mauvaise performance depuis la fin du mois d’août. "Sur les écrans des analystes et des traders de la City, il aura suffi de trois minutes pour que les cours du métal passent de 17.300 dollars à 16.500 dollars, une perte de 800 dollars par tonne" a précisé Alastair Munro. L’analyste du négociant Marex Spectron était sur place, il a vécu le mouvement de panique qui a entraîné la vente précipitée, et à perte, de 1000 lots de nickel. 

Prévisions plus pessimistes
Incertitudes, doutes sur la croissance de l’économie mondiale après le dernier rapport du FMI, les métaux industriels sont en première ligne. Et cette fois, ni la prochaine interdiction d’exportation des minerais indonésiens ni la baisse continue des stocks mondiaux de nickel, au plus bas depuis décembre 2012, ne sont venues, pour le moment, contrebalancer le climat anxiogène qui pèse sur la Bourse de Londres. "Citi Bank a publié un document d’analyse indiquant que le nickel pourrait baisser à 15.000 dollars la tonne", a conclu Malcom Freeman.

Accord sur le Brexit, espoir pour le nickel 
Toutefois, on en est encore loin de ce scénario négatif. Le vent d’euphorie qui souffle jeudi à Londres après le compromis trouvé - mais pas encore adopté sur le Brexit - a au moins permis de stopper la dégringolade des cours du nickel. Dans la journée, on a appris que la production de BHP Billiton a diminué de 25 %. 22.000 tonnes de nickel ont été produites par le métallurgiste ces trois derniers mois en raison d’opérations de maintenance, et de la transition vers de nouveaux gisements en Australie.

Cours de la tonne de nickel à trois mois au LME, jeudi 17 octobre 2010, à 14H45 PM : 16.267 dollars - 0,62 %. Semaine -7,37 %. Cours de la livre de nickel 7,37 dollars.

 
Publicité