Cinq Calédoniens adjoints de sécurité

sécurité
Adjoints de sécurité
©Natacha Lassauce-Cognard
La 125ème promotion d'adjoint de sécurité de la police nationale a reçu ses galons ce vendredi. Il s'agit cette année de cinq Calédoniens. Ils ont signé un contrat de trois ans, renouvelable une fois. Une approche du métier et un tremplin pour ces jeunes. 
Le brigadier-chef Yann Lavigne dispense ses derniers conseils aux adjoints de sécurité de l’école de police.  Après leur avoir enseigné les procédures et le droit pénal durant douze semaines de formation, il prépare ces jeunes à leur futur stage. Puis, ce sera l’affectation. 
Trois d’entre eux sont à la direction de la sécurité publique, au commissariat central, et les deux autres à la direction de la police aux frontières. 
 

Une ouverture sur les métiers de la police

Major de sa promotion, Kévin Bernanos révise déjà pour le concours de gardien de la paix. Un examen qu’il pourra présenter en interne dans un an. 
« C’est un tremplin, une opportunité de découvrir le métier de policier, de me conforter dans mon choix professionnel » explique-t-il. « On a déjà commencé un stage sur le terrain et ça m’a rassuré, le métier me plaît beaucoup et je pense faire carrière dans la police ». 
Pour ces adjoints de sécurité, la remise officielle des galons est le point final de leur formation.
« Ce que j’attends de ces jeunes, outre le fait qu’ils accomplissent leur fonction d’adjoint de sécurité avec loyauté et en tout respect de la déontologie, j’attends d’eux qu’ils puissent passer le concours de gardien, qu’ils puissent se projeter dans ces métiers de police » explique le commissaire divisionnaire Jérôme Gauthey, responsable de l'école de police. 
Police. Adjoints de sécurité
©Natacha Lassauce-Cognard

 

« Une fierté »

Dans le public venu assister à ces remises de galons, les familles des jeunes adjoints de sécurité. 
Jean-Baptiste Gouetcha est venu de Yaté pour soutenir son fils. 
« C’est la première fois que j’ai un fiston qui est dans la police et on a une fierté, on est content… Pour les jeunes aujourd’hui, c’est des opportunités qu’il faut saisir » confie-t-il.
Chaque année en Métropole, parmi les milliers de gardiens de la paix intégrés, on compte en moyenne une quarantaine de Calédoniens sélectionnés. Ils postulent ensuite dans différents services comme la brigade anti-criminalité ou le Groupe d’intervention de la police nationale, l’antenne calédonienne du Raid. 
Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Michel Marin 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live