Climat : l’Australie candidate pour organiser la COP en 2026

Le Premier ministre australien Anthony Albanese envisite officielle en novembre 2022
L'Australie espère accueillir le sommet de la COP dans quatre ans, a déclaré son Premier ministre Anthony Albanese, ce samedi. Un pays perçu comme un mauvais élève de la transition écologique.

"C'est une bonne occasion, je crois, pour l'Australie de montrer et d'accueillir ce qui est un événement mondial majeur." Lors d’une visite à Bangkok, Anthony Albanese a déclaré que son pays espère recevoir la COP dans quatre ans. Le Premier ministre mène un gouvernement de centre-gauche qui a mis fin à dix ans d'un pouvoir conservateur favorable aux énergies fossiles. Et le nouvel exécutif s'est aligné sur l'objectif de nombreux pays, d'atteindre la neutralité carbone en 2050. Une quasi-révolution pour l'Australie, l'un des plus grands producteurs de gaz et de charbon au monde.

Avec des îles du Pacifique

Anthony Albanese souhaite co-organiser la fameuse COP avec des îles du Pacifique gravement menacées par l'élévation du niveau de la mer. Les Emirats arabes unis vont accueillir les négociations en 2023. Un pays européen espère recevoir l'événement en 2024 et le Brésil est candidat pour les négociations de 2025. Ce qui laisse 2026 comme l'option la plus probable pour l'Australie. "J'ai reçu une réponse très positive de tous les pays avec lesquels j'ai abordé la question", a assuré le Premier ministre australien.

Ex-mauvais élève

Si le sommet se concrétise, il sera le symbole d'un changement radical pour Canberra. Lors des COP successives, la délégation australienne s’est avérée une épine dans le pied des négociateurs, refusant de faire des compromis et obtenant des exceptions. "Il faut espérer que cela signifie que l'Australie s'engagera sérieusement dans une politique de réduction des émissions au cours de cette décennie", a réagi Wesley Morgan, expert du Climate council, pour lequel cette candidature de l'Australie est "très importante".

Vers une "superpuissance de l'énergie renouvelable" ?

Les mines de charbon fournissent des milliers d'emplois dans le pays. Mais les incendies dévastateurs et deux années d'inondations de grande ampleur ont contribué à changer les mentalités. Anthony Albanese a promis de transformer son immense pays baigné de soleil en ce qu'il appelle une "superpuissance de l'énergie renouvelable".