Collecte de Saint-Vincent-de-Paul : les Calédoniens toujours au rendez-vous

solidarité
61a332e0d7182_sans-titre-61.jpg
Une fois par an, la société Saint-Vincent-de-Paul organise une grande collecte de don. ©William Lecren/NC la 1ere
« Donnez pour Agir » pour aider les personnes et familles les plus démunies, c’est le mot d’ordre de la collecte alimentaire organisée, ce week-end, par la Société Saint-Vincent-de-Paul. Plus d’une cinquantaine de bénévoles étaient mobilisés devant les supermarchés. Et la collecte a été fructueuse malgré la crise sanitaire.

Des caisses entières remplies de sac de riz, des dizaines de bouteilles d’huile bien alignées : Patricia, responsable de l’épicerie au sein de la Société Saint-Vincent-de-Paul observe avec satisfaction le résultat d’un week-end de collecte : 1,5 tonnes de denrées ont été données par les particuliers, estime-t-elle. De quoi, aider les familles dans le besoin pendant plusieurs mois.
Car malheureusement, la demande ne faiblit pas, explique Jérome Caneva, le directeur de l’association : « Pour nous la collecte annuelle, c’est un moment extrêmement fort et important, ça permet à l’association de refaire un peu le plein de produits de première nécessité qui sont à destination ensuite des plus démunis soit sous forme de vente dans nos épiceries accessibles aux bénéficiaires de l’aide médicale, où l’on revend les produits à très bas prix. Soit par le biais de dons alimentaires. Là, ça permet d’aider les personnes les plus en difficulté, en collaboration avec les institutions et particulièrement les assistantes sociales de Nouvelle-Calédonie. »
Moins de bénévoles
Malgré la présence d’une cinquantaine de bénévoles pour cette collecte annuelle, le nombre de bénévoles est en baisse. « On a beaucoup de bénévoles qui sont pris par ailleurs pour leur famille, pour le suivi de leurs anciens, constate Véronique Pérot, la vice-présidente de la Société de Saint-Vincent de Paul. Donc c’est vraiment une année très particulière, ça va être un test pour nous pour savoir comment on va rebondir. Le bénévolat ça peut être unee heure ou deux, une journée, c’est participer à la vie collective et je crois que le pays ne serait pas aussi beau s’il n’y avait pas ce maillage social.
Toute l’année, la Société de Saint-Vincent de Paul, récolte, trie, conditionne et redistribue les dons des Calédoniens. Elle dispose de deux épiceries solidaires à la Vallée-du-Tir à Nouméa et à Païta.