publicité

Les commerçants manifestent contre l’insécurité

Plusieurs syndicats professionnels appelaient à manifester ce matin dans les rues de Nouméa. Ils entendaient dénoncer les violences et les actes de délinquance qu’ils subissent au quotidien. Ils ont pu rencontrer le Haut-Commissaire de la République et les membres du gouvernement.

© NCla1ere/Brigitte Whaap
© NCla1ere/Brigitte Whaap
  • Caroline Moureaux avec Jeannette Peteisi, Cédrick Wakahugnème et Marguerite Poigoune.
  • Publié le , mis à jour le
Ils étaient près de 600 personnes (commerçants, stations-service, importateurs et distributeurs et BTP) à marcher dans les rues de la capitale ce jeudi.
 Des commerçants venus en nombre, exaspérés et à bout des multiples cambriolages qu’ils subissent au quotidien.
Salariés, anonymes, entreprises du bâtiment, et même ambulanciers, la plupart vêtus de noir, sont venus se joindre au mouvement pour se faire entendre.
© NCla1ere/Brigitte Whaap
© NCla1ere/Brigitte Whaap


"La manifestation a fait bouger les lignes" 

Les commerçants demandent la présence visible et renforcée des forces de l’ordre durant la nuit pour assurer la sécurité des biens et des personnes. La tolérance zéro pour la Justice, que les auteurs soient punis sévèrement et éviter ainsi la récidive. Leurs représentants ont rencontré le Haut-Commissaire de la République Thierry Lataste et les membres du gouvernement.
Frédéric Pratelli, président du syndicat des commerçants.

Lundi, le plan territorial de prévention de la délinquance sera présenté au Congrès. Les commerçants promettent de le suivre avec attention pour connaître les mesures d’accompagnement à l’encontre des mineurs délinquants.
Le reportage de Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel 
MANIF CONTRE INSECURITE



Des mobilisations aussi en Brousse

On s’est également mobilisé dans d’autres communes de Nouvelle-Calédonie ce matin. Comme à Bourail où la totalité des commerces ont fermé durant une heure ou à Koumac.
A Koné, les trois enseignes de distribution de carburant ont fermé boutique pendant deux heures.
Objectif : alerter les pouvoirs publics des faits de délinquance que subissent les stations de services.
Le reportage de Cédrick Wakahugnème.


Et puis des stations-services fermées aussi sur la côte Est.
Les deux stations de Poindimié se croisaient les bras ce matin entre 8h et 9h
Eric Manuguerra  et Christophe Garnier tous deux gérants de stations à Poindimié, sont au micro de Marguerite Poigoune. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play