Confinement : les contrôles des attestations se poursuivent

coronavirus
Police contrôle attestations de déplacement dérogatoire
©NCla1ère
Entre vérification et sanctions, la police poursuit son travail de contrôle des attestations de déplacement dérogatoire obligatoires en temps de confinement. Exemple ce mercredi à Nouméa.

Si vous avez emprunté la promenade Pierre-Vernier ce mercredi en fin d’après-midi, vous avez sûrement constaté un net ralentissement de la circulation. A 17 h, la police nationale effectuait une opération coup de poing pour contrôler les attestations de déplacement dérogatoire des conducteurs et de leurs passagers.

Une opération approuvée par les automobilistes

Des dizaines de voitures bloquées à l’heure de pointe… La police nationale a frappé fort ce mercredi soir au rond-point de la rocade. Une opération de contrôle des attestations approuvée par la majorité des automobilistes.
"Il faut que tout le monde joue le jeu, on est dans une période difficile" commente l’une d’entre eux. 

Peu de verbalisations depuis le début du confinement

Plus de 500 contrôles en une heure, avec obligation pour tous d’être en possession d’une attestation individuelle.
Si une certaine tolérance était admise pour les enfants, d’autres n’avaient aucune excuse avec pour sanction, une amende de 15 000 francs CFP.  
Ces opérations de contrôle des attestations sont quotidiennes, la compétence de la police nationale étant réservée à l’agglomération de Nouméa. Depuis le début du confinement, 21 000 personnes ont été contrôlées, plus d’un millier verbalisées.
"Il y a certains créneaux horaires, en particulier sur la fin de nuit, où on peut constater un peu moins d’attestations et plus de verbalisations, mais d’une manière générale, sur les heures d’affluence, les gens sont tout à fait en conformité avec les instructions qui ont été données" indique le directeur territorial de la police nationale. 
Mercredi soir, sur 612 véhicules contrôlés, quatre seulement n’avaient pas d’attestation. 
Le reportage de Laurence Pourtau et Laura Schintu 

©nouvellecaledonie