Cook : carnet d'adresse des centres d'hébergement

cyclones
Habitation Ouvea detruite cyclone Cook (10 avril 2017)
Une habitation touchée à Ouvéa. ©Grazyella Wetewea
L'une après l'autre, les communes de la Nouvelle-Calédonie aménagent des sites et des équipements pour accueillir les populations évacuées, sinistrées, ou soucieuses de se mettre en sécurité alors que le cyclone Cook s'apprête à déferler.
Les communes du Nord ont été les premières à réagir. Dès ce dimanche soir, Houaïlou et Koné ont annoncé l’ouverture de centres d’hébergement pour accueillir leurs administrés menacés à l'approche du cyclone Cook. 

A Houaïlou, le centre installé à l’internat provincial de Wani est destiné à accueillir les populations résidant dans les zones à risque, à savoir les tribus de Goareu, de Wakaya et le massif du Belvédère. 

A Koné, les sites sont l’office municipal des sport, le centre communal d’action sociale et  la salle Au-Pitiri, avec deux numéros à disposition de la population pour plus d’informations :le 83 07 11 et le 47 70 54.

Bourail, Koumac, Kouaoua, Touho...

Bourail a déployé la salle polyvalente mais aussi le camp militaire de Nandaï, pour prévenir les coupures de route. De nombreux résidents de la Roche-Percée, zone traditionnellement exposée, devaient être notamment pris en charge. 


Koumac fait savoir que les personnes bloquées dan sla zone peuvent rallier la salle polyvalente du village. 

Plus bas, Kouaoua a ouvert à la population la salle de la mairie et le magasin de la SLN, situé en hauteur.

Sur Touho aussi, des centres d’hébergement  d’urgence ont été ouverts, à la mairie et dans les maisons communes des tribus.

...La Foa, Boulouparis, Païta...

Selon la cellule de crise déclenchée à La Foa, le centre socio-culturel du village a été transformé en centre d'accueil, et il y a aussi l'internat provincial et ses 40 lits.

A Boulouparis, deux centres à signaler. L'un, à la maison des femmes de Tomo. Et l’autre au centre culturel de la commune.

Païta a mis à disposition la mairie annexe de Tontouta, où ont notamment été dirigés les riverains du lotissement Beaurivage, et l'Arène du Sud. C'est là qu'il est demandé aux habitants du quartier Karikouié de se réfugier. Ces deux points de la ville connaissent un risque d'inondation très important.

Bus exprès à Nouméa

La capitale, qui a déclenché son plan communal de sauvegarde, organise l'évacuation de ses nombreux squats, sensibles aux perturbations climatiques, et de toute personne qui ne se sentirait pas en sécurité chez elle.

Les Nouméens concernés peuvent se rendre aux adresses suivantes, qui proposent en tout un millier de places à compter de 14 heures. Les personnes peuvent s'y rendre par leurs propres moyens, ou par les bus Karuïa déployés exprès de 14 heures à 18 heures. 

Le foyer vietnamien (21, rue Max-Frouin, sur la route du centre Tjibaou) est ainsi destiné aux squatteurs de Normandie, Tina, Faubourg-Blanchot, Magenta, le 6e Km et Magenta Aérodrome. La salle Veyret de Rivière-Salée (1, rue Raphaël-Ménard) concerne Montravel et tout Ducos. La salle omnisports Anewy de la deuxième Vallée-du-Tir (rue Unger) recueille les habitants des habitas précaires de Haut-Magenta, Nouville et la Vallée-du-Tir.

Nombreux squats aussi à Dumbéa

Pour Dumbéa, les centres d'hébergement, qui devaient fonctionner à partir de 14 heures ce lundi, sont à la salle omnisports de Katiramona pour la partie nord et à la salle omnisports d'Auteuil pour la partie Sud (avec point de ralliement sur le parking du centre commercial Kenu-In).

La deuxième ville de Calédonie compte des milliers d'habitants vivant en squat. En bord de mer comme à la Presqu'île océanienne, ou de rivière, comme au Val-Suzon. Autant de zones risquées. 

Pour finir le tour du Grand Nouméa, le Mont-Dore propose d'accueillir les gens depuis ce lundi après-midi, à la salle omnisports de Boulari, l'école La Rizière à La Coulée, la salle omnisports de La Briquèterie au Vallon-Dore et l'école maternelle de Plum à côté des Piroguiers. 

Pour les Kunié comme les touristes

N'oublions pas l'île des Pins, qui propose deux lieux de repli, pour les Kunié mais aussi les visiteurs : la cantine municipale et les vestiaires du terrain sportif de Saint-Joseph.

Les autres îles ne sont pas en reste, à l'instar d'Ouvéa où il faut cicbler le collège public, la salle omnisports et la mairie.


Les Outre-mer en continu
Accéder au live