Coronavirus : en Nouvelle-Calédonie, les tribus se referment sur elles-mêmes

coronavirus
Barrages coronavirus Sarraméa 1
©Nathan Poaouteta

Le sénat coutumier a appelé dès lundi à une fermeture des accès aux tribus. Un appel qui n’a pas été suivi par certains conseils d’aires et de districts, qui craignaient des mouvements de panique. Le conseil de l’aire Xârâcùù a pris l’initiative de se réunir ce mercredi.

Après deux jours de barrage filtrant, ce mercredi, les gendarmes ont persuadé les personnes bloquant les axes routiers de libérer la RP5, à Sarraméa. Une ambiance tendue, qui fait suite à un appel du sénat coutumier et aux chefferies, de fermer tous les accès aux tribus. Un appel que tous ne cautionnent pas. Réuni en bureau élargi, le conseil de l’aire Xârâcùù a voulu remettre de l’ordre dans les priorités de décision et d’action.

Le reportage de Nathan Poaouteta : 

 

Interdiction de la vente d'alcool 

Le conseil souhaite que les collectivités publiques prennent en charge les kits sanitaires et interdisent la vente d’alcool. 

Autre objectif : améliorer la communication, qui passe par une collaboration étroite entre les autorités coutumières et les mairies dans un premier temps. À Boulouparis, comme à Thio et Canala, ce lien a été noué pour une gestion commune, ou tout du moins une meilleure synergie, notamment en tribu.