Covid-19 : des malades de plus en plus jeunes en réanimation

coronavirus
réanimation Covid
©NC la 1ère
Au fil des jours, l’âge des patients admis en réanimation au Médipôle ne cesse de baisser. Plus inquiétant, certains de ces malades de la Covid n’ont aucun facteur de comorbidité.

"C'est une patiente qu'on a du mettre sur le ventre parce qu'elle n'avait plus beaucoup d'oxygène dans le sang [...] Le risque c'est l'arrêt cardiaque." Signe particulier de cette patiente en détresse : elle n’a qu’une trentaine d’années. Une tranche d’âge désormais banale dans les quatre unités du service réanimation du Médipole. "Dans notre unité aujourd'hui de dix lits, la moitié des patients a moins de 45 ans. Nous avons une jeune de 30 ans, qui a accouché il y a une semaine, un jeune de 28 ans qui a juste un léger surpoids et sinon un patient de 41 ans, un autre de 42 ans et un autre de 45 ans, détaille Jean-Stéphane Le Goualé, médecin réanimateur. Je fais de l'anesthésie-réa depuis 25 ans, je n'ai jamais connu cette situation et on ne pensait pas que ça arriverait de manière aussi brutale." 

Réanimation brancard
©NC la 1ere

Jusqu'à un mois et demi en réanimation

Autre facteur d’inquiétude, le faible taux de vaccination de la population. Ici la grande majorité des patients sont non vaccinés ou ont reçu une première injection alors qu’ils étaient déjà contaminés. Trop tard pour leur éviter une forme grave de la Covid. Leur chance : avoir été admis en réanimation. "Un patient arrivé en réanimation va rester un mois à un mois et demi, au défaut d'un autre patient qui ne pourra pas venir en réanimation. Donc, on est vraiment dans une situation où on trie les patients, explique Thibault Coure, médecin réanimateur. S'il y a un message à faire passer aujourd'hui, c'est qu'il faut se faire vacciner, c'est très important. Vous pouvez nous aider nous, l'ensemble de l'hôpital, et la Nouvelle-Calédonie." 

Ce week-end, 56 patients étaient en réanimation. Le pic de l’épidémie est attendu dans quinze jours.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :

©nouvellecaledonie