Le Covid-19 impacte l'économie calédonienne

coronavirus
grille commerce fermée
©Philippe Kuntzmann
Le Covid-19 impacte tous les secteurs d'activités, notamment le tourisme et le transport. Trois organisations patronales représentatives ont demandé un soutien financier à l'instar de ce que fait l'État dans l'Hexagone. 

Situation difficile pour les entreprises calédoniennes

Des restaurants fermés, des activités touristiques à l'arrêt : les conséquences de la pandémie de coronavirus sur l'économie calédonienne sont déjà visibles. Dans une société de service d'entretien et de nettoyage, depuis deux jours, les clients annulent leurs commandes.
 

Nous avons beaucoup d'annulations de l'ordre de 10 à 15% de notre chiffre d'affaires sur les deux derniers jours et je pense que ce n'est que le début, malgré les mesures que nous avons pris pour renforcer la sécurité de nos salariés et de nos clients - Valérie Zaoui, chef d'une entreprise de service. 


Dans cette entreprise qui travaille pour des particuliers, des hôtels et des bureaux, les employés ont adopté les gestes barrières au quotidien. Ici, l'inquiétude, c'est surtout l'avenir proche. "Nous nous trouvons dans une situation de choix où on doit dire à nos salariés, soit on arrête mais on ne sait pas comment on continue en vous préservant mais quelque part on a tous cette angoisse au ventre donc c'est un peu difficile pour nous, chefs d'entreprise, pour être dans cette situation parce qu'on a l'impression qu'on a cette responsabilité sur nos épaules, on aimerait avoir une décision claire du gouvernement" indique Valérie Zaoui.
 

Un appel à l'aide (financière)

Trois organisations syndicales : le MEDEF, la CPME et l'union des entreprises de proximité ont demandé au gouvernement de prendre des mesures de soutien à l'économie, avec notamment, une exonération des charges sociales.


La demande est claire. On se rapproche de l'État afin de demander des aides directes aux entreprises. Dans un premier temps, on a fait un chiffrage approximatif, cette aide pourrait s'élever à une trentaine de milliards de francs. Il est évident que la CAFAT et le régime chômage de la CAFAT ne pourront pas affronter cette situation. On demande à la solidarité nationale, à l'État de venir en aide à ce régime et de financer ce régime afin de pouvoir faire bénéficier nos salariés qui seront à l'arrêt, de ce chômage partiel -  Daniel Ochida, président du MEDEF. 


Les organisations patronales veulent tirer des leçons de cette crise sanitaire. Pour elles, il faut changer notre modèle de société pour être, à l'avenir, moins dépendant des importations et gagner en autonomie. 

Le reportage de Brigitte Whaap et Philippe Kuntzmann. 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live