Danseur, chorégraphe et cavalier : le parcours de Thierry Verger bientôt sur France 5

danse
Thierry Verger tournage documentaire France 5
L'équipe de tournage au marché de Ducos ©Caroline Antic-Martin
Thierry Verger excelle depuis plus de trente ans dans le milieu du spectacle. Cavalier, danseur, chorégraphe, il raconte son parcours dans un film documentaire, à voir bientôt sur France 5. Le tournage a lieu en ce moment en Calédonie.

Un tournage un samedi dans les allées du marché broussard de Ducos. Pour une fois, ce ne sont pas les agriculteurs qui sont dans le viseur, mais un danseur et chorégraphe calédonien : Thierry Verger. 
La chaine France 5 retrace le parcours de cet enfant du pays dans un film documentaire, de son enfance entre Païta, Mouirange et la tribu de Saint-Louis, aux salles de danse du monde entier.

Retour aux racines

"Ce qui m’intéressait, c’était surtout le parcours indépendant de Thierry, c’est à dire quelle force il lui a fallu pour renoncer à toute cette beauté, et rester et vivre dans un Paris parfois hostile" explique Caherine Abecassis, la réalisatrice. 
Sa force, Thierry la puise dans ses racines métissées, dans la terre calédonienne qui a nourri son grand-père, son père et aujourd’hui, sa petite sœur, Claudine, figure bien connue du marché. 
"Grand-père venait toujours au marché vendre ses produits. Et quand je vois ma soeur qui fait ça maintenant, elle a sa propriété à Mouirange où elle cultive tout ça, et bien voilà, elle est l’héritière de ça et elle me fait penser aussi à mon grand-père" explique Thierry Verger.  

Thierry Verger danseur chorégraphe cavalier
©NCla1ère

Un parcours international

Mais c’est loin de la terre calédonienne a fait carrière. Danse classique et contemporaine, ballet équestre, chorégraphie, il a créé son propre style : le modal underground. Un parcours qui fait l’admiration de sa famille. 
"Aller en Métropole seul comme ça, partir à l’étranger et réussir comme il l’a fait, on ne peut qu’être fier, on est très très heureux. Et là, le voir revenir au pays, c’est que du bonheur" commente sa soeur Claudine. 
Cette fois-ci, Thierry est juste de passage pour les besoins du film, mais n’exclue pas un retour définitif au pays. 
"En revenant ici, je me sens en paix, mon âme est en paix. Je vais repartir bientôt, je vais revenir, souvent. Peut-être que je n’étais pas prêt, il y a un temps pour chaque chose, et je dirais que là, je suis prêt". 
Caroline Antic-Martin et Philippe Kuntzmann sont allés à la rencontre de l'artiste et de l'équipe de tournage au marché de Ducos