Une vingtaine de candidats à la députation

élections
Philippe Gomes et Sonia Lagarde, députés de la Nouvelle-Calédonie
Derniers jours de leur actuel mandat pour Philippe Gomès et Sonia Lgarde, députés sortants de la Nouvelle-Calédonie. ©NC1ère
Le dépôt des candidatures pour les élections législatives doit intervenir entre le 15 et le 19 mai. Qui briguera les suffrages en Nouvelle-Calédonie, pour succéder aux députés Philippe Gomès et Sonia Lagarde ? Tour d'horizon des dix-neuf candidats déclarés, ou supposés.
La bataille la plus disputée prendra place dans la première circonscription, celle qui concerne Nouméa, l'île des Pins et les Loyauté. Pas moins de dix candidats y sont déjà déclarés, ou fortement pressentis, pour succéder à Sonia Lagarde.

Yanno, Backès, Deladrière, Dunoyer, Balmelli

Le premier à faire savoir sa participation a été Gaël Yanno, en novembre dernier. Le président du MPC, le Mouvement populaire calédonien, a depuis été rejoint par une longue liste. Et c’est dans le camp non indépendantiste que l’on enregistre le plus grand nombre de candidats. Yanno, donc, mais aussi Sonia Backès, son ancienne alliée de la plate-forme UCF (Union pour la Calédonie dans la France). Bernard Deladrière, le candidat officiel des Républicains. Philippe Dunoyer, pour Calédonie ensemble. Et, dernière en date, Lina Balmelli pour le Front National.

L'Uni avec Washetine mais pas l'UC

L’Union calédonienne a choisi de ne pas participer à cette campagne nationale, pour se consacrer aux enjeux calédoniens. L'UC vise les provinciales et le référendum de sortie de l’accord de Nouméa prévus l’an prochain. Mais chez les indépendantistes, le Palika, l’UPM et le RDO ont décidé de présenter des candidats dans les deux circonscriptions sous la bannière Uni, Union nationale pour l'indépendance. Dans la première, ce sera Charles Washetine. 

Wenehoua, Bishop, Hanocque

A noter que Macate Wenehoua, de l’Union progressiste en Mélanésie, avait annoncé en avril sa candidature, sans pour autant avoir l’investiture de son parti. Les autres candidats dans la première circonscription sont Germaine Nemia Bishop, sous l’étiquette Rassemblement autochtone et souveraineté partagée, et Michel Hanocque pour l’Union populaire républicaine, l'UPR du candidat à la présidentielle François Asselineau.

Gomès et Martin

Un peu moins de candidats dans la deuxième circonscription, où sept noms sont sortis pour le moment. Philippe Gomès, le candidat de Calédonie Ensemble, part sous l'étiquette UDI - Les Républicains au nom de l'accord signé au niveau national. Harold Martin, le maire de Païta, tentera de récupérer le fauteuil du député sortant à l’Assemblée nationale. 

Mapou, Vittori, Hénin

Sont également sur les rangs Louis Mapou pour l’Uni, Pascal Vittori pour son parti Tous Calédoniens et Bianca Hénin qui annoncera sa candidature Front national la semaine prochaine.

Brial, Diaz et Bodeouarou

Ainsi que Gil Brial sous les couleurs du MPC, Oscar Diaz en ce qui concerne l’UPR et Henri Bodeouarou pour Rassemblement autochtone et souveraineté partagée.

En suspens pour les candidats «en marche»

Dans les deux circonscriptions, on attend toutefois les noms des candidats de La République en Marche, parti du désormais président Emmanuel Macron.