Démantèlement des épaves : une start-up calédonienne agit pour l'environnement

environnement
Démantèlement des épaves : une start-up Calédonienne fait parler d’elle
L'entreprise Royal Recy Boat s'est spécialisée dans le démantèlement des navires en fin de vie. ©Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry
Les épaves s’accumulent dans les eaux calédoniennes. Une entreprise s'est spécialisée dans leur démantèlement avec comme objectif de valoriser les matériaux récupérés.

De nombreux "Blue boats", ou des navires en fin de vie, se trouvent dans les eaux calédoniennes. L'entreprise Royal Recy Boat a donc choisi de se spécialiser dans le démantèlement de ces épaves. L'opération permettra, entre autres, de réduire les déchets et surtout de recycler certains matériaux. Afin d’y parvenir, l’entreprise a investi en matériel lourd, comme un broyeur ultra puissant. 

“Pour financer le broyeur, on a pu avoir une subvention pour réaliser le projet. Sinon, on n’aurait pas réussi en étant une petite entreprise comme nous. Un broyeur comme ça, coûte 300 000 euros soit environ 36,8 millions de francs CFP.”

Loïc Luciani, co-gérant de l'entreprise de démantèlement

 

Des matériaux recyclés 

Une fois broyés, les matériaux sont traités différemment selon leur nature. Par exemple, le métal est revendu pour recyclage, le fibrociment non-recyclable est enfoui, et la fibre est broyée à plusieurs reprises pour créer une sorte de laine. 

“Ces fibres, on va les associer à d’autres matériaux pour en créer une matière première secondaire. On a commencé les premiers essais de développement où on obtient différents résultats. On cherche vraiment à réduire le volume de déchets et on innove pour créer un nouveau produit à base de matériaux recyclés et qu’il soit lui même recyclable.”

Johann Piel, spécialiste dans les matériaux composites

 

Une démarche novatrice, puisque jusqu'à présent, la fibre était considérée comme non-recyclable. Dans les semaines à venir, des étudiants ingénieurs chercheront à mettre au point des matériaux composites et imaginer des applications.  

"On cherche à réutiliser cette fibre pour créer des bancs ou des glissières d'autoroute. Une fois que le banc est cassé par exemple, on le remet dans le broyeur et on en refait un. C'est complètement viable."

Adrien Majorel, stagiaire ingénieur aux arts et métiers

 

De quoi valoriser au maximum ces centaines d’épaves qui polluent le lagon. 

Reportage sur place de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry