Dépistage du Covid-19 : quelles raisons pour se faire tester?

coronavirus
61d3f43579de5_profil-personnes-testees-covid-frame-3.jpg
Les Calédoniens étaient encore nombreux à se faire tester ce mardi, à Nouméa. ©Michel Marin / Nc la 1ere
Voyageurs, personnes non-vaccinées, sorties de septaine… de nombreuses raisons poussent les Calédoniens à réaliser des tests antigéniques, parfois dans une certaine incompréhension. Rencontres.

La file d’attente n’est pas plus dense que d’habitude devant l'une des pharmacies de Nouméa ce mardi. Ce qui change, ce sont les profils des candidats aux tests antigéniques.

"Aujourd’hui on a beaucoup de sorties de septaines. Notamment a J2 mais aussi à J7. Et j’ai aussi beaucoup de cas contacts ou de personnes symptomatiques", lance Laëtitia, pharmacienne. 

Voyageurs et sorties de septaine

Pour s’envoler vers Lifou ou Maré, ce test rapide est aussi obligatoire. "On a réservé des vacances à Lifou et malgré le fait qu’on soit vaccinés, ils nous demandent de faire un test antigénique pour pouvoir monter dans l’avion", explique une calédonienne. 

"Nous sommes arrivés de Métropole, le 1er janvier et nous sommes confinés depuis. Nous sommes soumis à deux contrôles PCR, à quatre jours et à sept jours. C’est-à-dire avant, si le test est négatif, de reprendre une vie normale", ajoute une femme en septaine à domicile.

Pour d’autres, la vie normale, c’est le test quotidien. "Si je veux aller dans un restaurant, ils me demandent le pass", poursuit un autre candidat au test.

Les non vaccinés doivent aussi obligatoirement présenter un test négatif, pour aller rendre visite à un proche au Médipôle. 

Protocole en cas de test positif

Et en cas de test positif, il faut suivre un protocole. "On recommande d’aller chez son médecin traitant. Pour qu’il décide, ou non, de faire un test PCR afin de séquencer le test. Et on demande aux personnes de s’isoler dix jours et d’informer les personnes contact, qui auraient pu passer du temps avec elles sans masques", précise la pharmacienne.

Ce mardi matin, personne n’a évoqué le variant Omicron, c’est toujours le mutant Delta, qui semble inquiéter la majorité des Calédoniens. 

Le reportage de Karine Arroyo et Michel Marin : 

©nouvellecaledonie