Des objectifs de transition énergétique ambitieux

environnement
schéma transition energetique calédonie
©NC la 1ere

Moins 70 % de gaz à effet de serre d'ici à 2035 : c'est la promesse des acteurs économiques, politiques et industriels réunis ce jeudi à la CPS. Cinq ans après la première mouture du schéma de transition, un pas supplémentaire est donc franchi, pour notamment verdir l'industrie minière.

Chaque année la Nouvelle-Calédonie produit plus de 5 millions de tonnes de CO2 par an. Les métallurgistes, à eux seuls, en produise les trois quarts. Rien que pour Prony Ressources, cela représente 1 million de tonnes de CO2 par an. D’ici 2040, l’industriel s’est engagé à ne produire qu’avec de l’énergie renouvelable, explique Antonin Beurrier, président de Prony Resources : « Nous produisons du CO2 avec notre centrale qui aujourd’hui est au charbon, avec notre procédé et avec la mobilité des engins miniers, soit jusqu’à un million de tonnes par an. Notre objectif est de diviser par deux ce chiffre d’ici 10 ans et ensuite d’atteindre zéro en 2040. »

La circulation automobile également dans le viseur

Autre ambition, de ce schéma pour la transition énergétique calédonien, l’écomobilité. Objectif d’ici 2030, 18 000 véhicules en circulation. Cela représente 50 % des nouvelles ventes. «  Dès à présent il faut que les Calédoniens se disent que l’on va changer notre manière de se déplacer, lance Loïc Martin-Cocher, du cluster Synergie Ça va passer par tout ce qui est actif, donc du vélo de la marche à pied, par les transports en commun et, va s’ajouter à cela, les véhicules électriques qui sont en train de devenir prédominant à travers le monde et qui vont commencer à conquérir aussi le marché calédonien. »

Ce qui va être important, c’est que ce schéma soit construit sur la philosophie vertueuse, E-R-C, éviction, réduction, compensation.

Hubert Géraux, du WWF

 

Les associations vigilantes

Un mini Grenelle de l’environnement salué par les associations de protection de la nature. Mais toutes restent vigilantes. Et attendent l’application réelle des mesures annoncées. Pour Hubert Géraux, de WWF International, « ce qui va être important, c’est que ce schéma soit construit sur la philosophie vertueuse, E-R-C, éviction, réduction, compensation. Donc le meilleur carbone n’est pas celui que l’on compense mais celui que l’on évite, voir que l’on réduit. Donc toutes les actions doivent être pensées à cette lumière-là. »

Lors de ces échanges, l’Union européenne a annoncé que sa prochaine enveloppe pour la Nouvelle-Calédonie pourrait être dédiée à la transition énergétique. Une enveloppe de plus de 3n 6 milliards de francs.