Des solutions à l'étude pour le monde de la nuit

économie
Discothèques
©NC LA 1ere
Mesures contre le covid-19 obligent, les discothèques resteront fermées les six prochaines semaines, selon les directives des autorités. Six professionnels ont rencontré le gouvernement, ce mercredi matin, pour évoquer l'avenir de ce secteur pénalisé. 
 
Les dance floor des discothèques sont déserts depuis la fermeture, le 19 mars, des établissements de nuits. Chiffre d'affaires inexistant, personnel au chômage partiel... Une situation financière critique pour tous les acteurs du secteur, qui dénoncent les différenciations faites dans les réglementations, entre les bars et discothèques. 
« Sur les bars de nuit, la capacité de cinquante personnes a été levée donc on peut accueillir plus de monde, indique Elisa Pulpito, gérante d'un établissement de nuit de Nouméa. Sur l’horaire, on nous a dit « minuit » pour la fermeture des bars mais rien n'est encore fixé et ensuite, pour les discothèques -le point le plus important pour nous-, c’était de savoir pourquoi on ne pouvait pas ouvrir alors que certaines soirées privées étaient autorisées dans d’autres espaces. Là, en effet, le gouvernement a été compréhensif et nous a dit revenir vers nous rapidement pour nous apporter une réponse et éventuellement une réouverture des discothèques plus tôt que prévu. »
Discothèque
©NC La 1ere

Un soutien supplémentaire 

Première solution proposée : une reprise d'activité à minima, avec l'organisation de soirée privées, qui devraient être encadrées par une liste regroupant le nom de chaque participant. Une réponse financière devrait être discutée mercredi prochain au sein du gouvernement. Elle pourrait être apportée au travers d'une prolongation du chômage partiel, d'un abandon des charges sociales ou bien d'une aide directe. Il s’agira d’un « plan complémentaire au plan de sauvegarde » de l’économie, précise Christopher Gygès, membre du gouvernement en charge de l’économie. « Bien entendu, les boîtes de nuit entreront dans ce dispositif puisqu’elles sont restées fermées après toutes les autres entreprises. » Pour l'heure, rien n'est encore acté mais la réouverture des discothèques pourrait être possible à la mi-juin, avec une activité réglementée, si la situation sanitaire le permet.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live