publicité

Deux nouveautés se précisent pour les retraités des fonctions publiques calédoniennes

Le gouvernement a fixé les conditions d'application pour deux mesures qui concernent les retraités des fonctions publiques calédoniennes. La possibilité de travailler jusqu'à 67 ans au lieu de 65, et celle de rester hors du Caillou plus longtemps en percevant une pension indexée. 

© NC la 1ere
© NC la 1ere
  • Brigitte Whaap et José Solia, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
Les agents des fonctions publiques calédoniennes (territoriale ou communale) pourront s'ils le souhaitent travailler plus longtemps. Et prendre leur retraite à 67 ans, au lieu de 65. Ce sera à la demande, sous réserve d'être apte physiquement et d'avoir un avis favorable de son employeur. 
 

Loi du pays en avril

Ces conditions sont fixées par une délibération que le gouvernement a votée mardi et qui doit passer devant le Congrès avant le 30 septembre - dans la foulée d'une loi du pays prise le 10 avril. La mesure s'adresse aux personnes qui auront 65 ans en 2020. «Deux objectifs», résume Betty Audié, directrice de la Caisse locale des retraites. 
 

D'une part, ça intéresse certains employeurs pour le transfert de compétences. Ensuite, il y a ceux qui ont intégré la Fonction publique tardivement et qui n'auront pas, à 65 ans, la totalité de leurs droits pour une retraite complète.
- Betty Audié, CLR

 

40% des retraités

Autre point de la délibération, les retraités des fonctions publiques calédoniennes pourront continuer à percevoir une pension indexée même s’ils passent plus de six mois hors du pays. Cela concerne 40 % des cinq mille retraités actuels.
 

Aucun changement pour une «très grande majorité» 

«C’est une suite logique de l'indexation des cotisations qui a eu lieu entre 2002 et 2005», décrypte Dominique Frontière, secrétaire général du syndicat des retraités territoriaux. «Par contre, [pour] la très grande majorité des retraités, comme moi, qui ont pris leur retraite avant 2002, ça ne change rien du tout. On est toujours soumis à la suppression de l'indexation si on dépasse les 180 jours hors du territoire.»
 

C’est une suite logique de l'indexation des cotisations qui a eu lieu entre 2002 et 2005.
-
 Dominique Frontière, secrétaire général du syndicat des retraités territoriaux

 

Un coût mensuel de trois millions

Ce changement appliqué depuis le mois de mai coûte déjà trois millions par mois à la Caisse locale des retraites. «On a 300 retraités qui vivent aujourd'hui à l'extérieur de la Calédonie», décompte Betty Audié pour la CLR. «Jusqu'à la mise en œuvre de cette loi, ils ne touchaient pas d'indexation, puisqu'ils vivaient à l'extérieur de la Calédonie. Depuis le 1er mai, 97 d'entre eux touchent une indexation au prorata de leurs années travaillées après 2005. Et aujourd'hui, c'est vrai que ça a un coût minime, de trois millions par mois, mais c'est un chiffre qui va aller en augmentant.»
 

Déficit structurel

La Caisse locale des retraites a déjà perdu 1,5 milliard CFP ces deux dernières années. Pour répondre à son déficit structurel, il devient urgent d'engager des réformes de fond. 

Le point de Brigitte Whaap et José Solia : 
MESURES SUR LES RETRAITES DES FONCTIONNAIRES NC

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play