nouvelle calédonie
info locale

Du nickel au Vietnam : un australien est sur les rangs

nickel
NICKEL
©Jean-François Mutzig AFP
Le producteur minier australien Blackstone Minerals investit au Vietnam. Il va produire du sulfate de nickel destiné aux batteries électriques sud-coréennes. Une mine est déjà en activité, son activité est relancée par la hausse des cours du nickel.
Selon l’étude réalisée par le producteur minier australien, le Vietnam est plus attractif que l’Indonésie ou les Philippines pour la production de nickel raffiné destiné aux véhicules électriques. Anticipant une éventuelle pénurie, Blackstone Minerals, une compagnie minière de Perth en Australie, se positionne pour répondre à la demande. Elle détient 90 % du projet "Ta Khoa" dans la province de Son La, au nord du Vietnam. La ressource en nickel avait été découverte par des géologues français en 1945...

Vietnam, terre de nickel
Le projet hydro métallurgique, qui associe le Vietnam et l'Australie, est une première réponse, il y en aura d’autres, à l’embargo de l'Indonésie sur ses exportations de minerai, prévu en janvier 2020. Comme il n’est pas question pour les investisseurs de rater le marché prometteur des batteries Lithium Ion destiné aux véhicules électriques, cer derniers recherchent de "nouvelles terres de nickel." Et le Vietnam apparaît comme un partenaire de choix. Avec une capacité de départ de 10.000 tonnes de nickel raffiné, le projet hydro métallurgique est sur la bonne voie. Il se situe à 160 kilomètres à l'ouest de Hanoï, la capitale du Vietnam. Les industriels australiens entendent livrer le sulfate de nickel vietnamien à l’industrie sud-coréenne des véhicules électriques.

Investisseur australien
Les Australiens de Blackstone Minerals considère le Vietnam comme un pays "fiable et attractif pour la production et l’exportation de nickel" a déclaré le président-directeur général Scott Williamson dans une interview au Metal Bulletin (Fastmatkets) de Londres. Ainsi, les taxes et droits de douane seraient inexistants pour les exportations de sulfure de nickel, un argument supplémentaire en faveur du Vietnam. Mais l’argument principal serait la rentabilité du projet basé sur un cours du nickel qui pourrait atteindre 20.000 dollars d’ici la fin de l’année. C’est en tout cas le pari que font, dès à présent, les investisseurs australiens de Blackstone Minerals. Loin de considérer l’interdiction des minerais indonésiens comme une menace, Scott Williamson considère qu’il s’agit d’une opportunité de développer le commerce minier émergent au Vietnam, pays qu’il considère "fiable et donc susceptible de devenir un leader mondial de production de nickel."

La situation émergente de l’industrie minière vietnamienne, sauf dans le charbon, et la production annuelle de 10.000 tonnes de nickel raffiné du projet Ta Khoa ne permettront pas de combler le déficit d'approvisionnement du marché. Il est estimé à plus de 10 000 tonnes de nickel raffiné...par mois, et pour le seul marché asiatique des batteries destinées aux véhicules électriques. Il n’empêche que les grandes manœuvres autour du nickel ont bel et bien commencé. Les cours du métal sont toujours élevés et la demande asiatique devrait augmenter. Dans ces conditions, produire du nickel au Vietnam est un investissement qui a du sens.
 
Publicité