nouvelle calédonie
info locale

L'eau se raréfie et sa qualité est à améliorer

eau potable
CPS: restitution des actions en faveur d'une politique eau maitrisée et de qualité
©1ere.nc
Six mois, jour pour jour, après le Forum H2O qui s’est tenu en avril dernier, une présentation de 708 actions a été faite ce mercredi à la Communauté du Pacifique. Ces mesures participeront à la mise en place d’une véritable politique de l’eau partagée dans la région.



   
7% de la population calédonienne n’a pas accès à l’eau potable. Pire le traitement de l’eau n’est pas assuré pour 40% des foyers de la côte Est.

Un manque d'infrastructures
Des chiffres alarmants annoncés par Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement en charge du secteur. La priorité est donc d’acheminer de l’eau en quantité et en qualité à l’ensemble des Calédoniens. Une qualité qui pose problème dans de nombreuses communes.
Nicolas Metzdorf pointe un manque d’infrastructures.
Une forte démographie
A ce manque d’infrastructures s’ajoute un développement démographique important, que la Nouvelle-Calédonie n’a pas su ou pu anticiper.
Exemple dans la zone VKPP qui rencontre de gros soucis actuellement. Le pôle sanitaire du nord à Koné a dû repousser la date d'ouverture de l'hôpital en raison d’une eau jugée impropre à la consommation. L’accueil de son premier patient est prévu pour fin novembre .
Une question qui nécessite là aussi une réflexion collective estime pour Nicolas Metzdorf.
Encore faut-il que la ressource soit suffisante. En tout cas, cette potabilité est une préoccupation pour les acteurs, un chapitre entier lui est consacré parmi les 708 actions recensées dans cette politique de l’eau.

Quel financement ?
Pour Nicolas Metzdorf, on peut dépenser mieux avec les mêmes moyens qu’aujourd’hui. Reste à redéfinir les priorités. Chaque année, près de six millards CFP sont dépensés chaque année  par les mairies, provinces, gouvernement, la compétence étant partagée.
Publicité