Edou et ses deux compagnons de retour à terre

mer
Les trois disparus de Lifou, dont Edou, rejoints par leur famille à hauteur de Kouaoua, 17 septembre 2018
Les trois hommes ont été rejoints par leur famille lundi après-midi, à hauteur de Kouaoua. ©Pascal Kony Wamai
C’est finalement ce lundi après-midi, dans la passe de Kouaoua, que le chanteur Edou et les deux autres naufragés des îles ont été récupérés par leurs proches. Partis de Lifou samedi matin pour rallier Ouvéa, ils ont fini leur périple le long de la Grande terre.
«On les a retrouvés à la passe de Kouaoua à 15h25», relate Fabrice, beau-frère d’Edou. Contrairement aux nouvelles données par les secours en mer, c’est à hauteur de Kouaoua, et seulement lundi après-midi, que les trois hommes recherchés ce week-end ont réellement fini leur périple. Sains et saufs. Ils étaient partis de Lifou samedi vers 5 heures du matin pour rallier Ouvéa, mais c’est sur la côte Est qu’ils sont finalement arrivés. Le trio disposait d’un téléphone portable, mais pas de réseau disponible en mer. Des recherches ont été déclenchées dès samedi soir. 
 

Dernières recherches

Le beau-frère du chanteur a décrit à Angélique Souche la dernière journée de recherches nécessaire pour rejoindre l’embarcation de cinq mètres. Ce lundi, «à six heures du matin, on a fait le plein de notre bateau et on avait amené plusieurs bidons pour ravitailler leur bateau», explique cet habitant de Poindimié. «On a longé le grand récif à partir de la passe de Bayes, à Poindimié. On l’a longé vers l’intérieur jusqu’à la passe de Thio.»
 

En train de pêcher

En vain. «On ne les a pas retrouvés, mais c’est parce qu’ils étaient déjà rentrés» dans le lagon, explique Fabrice. De la passe de Thio, on est remontés à l’intérieur entre le grand récif et la Grande Terre et on est allés directement sur eux.» Les trois homme étaient en train de pêcher dans la passe de Kouaoua. «Ils venaient de finir leur dernière bouteille d’eau, précise le beau-frère de l’artiste. Ils avaient un peu d’essence aussi, mais qu’ils gardaient pour s’approcher un peu plus de la terre.» 
Ecoutez son témoignage.
 

Dormi à Wagap

Les naufragés des îles, comme un clin d’œil à une chanson d’un certain Edou, ont touché terre lundi soir, à la nuit tombée et à Poindimié. C’est à la tribu de Wagap qu’ils ont retrouvé un lit.