publicité

Edouard Philippe dans les rouages du rééquilibrage

A son troisième jour en Nouvelle-Calédonie, le Premier ministre a qualifié de réussi le développement du Nord. Déclaration faite à Vavouto alors qu'Edouard Philippe visitait l'usine KNS, à quelques jours du démarrage de sa deuxième ligne de production.

A l'intérieur de l'usine du Nord. © Pool France Ô
© Pool France Ô A l'intérieur de l'usine du Nord.
  • Rédactions de NC 1ère et Alain Jeannin, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
De Tiendanite, à Vavouto. La troisième journée d’Edouard Philippe en Nouvelle-Calédonie, commencée à Hienghène dans le calme de la petite tribu, s’est achevée à Voh au milieu des process industriels. Ceux de l’usine du Nord dont la visite représentait le gros morceau de l'après-midi.

© NC 1ère
© NC 1ère

Défiscalisation et four numéro 2

Un terrain pas franchement inconnu pour l'ancien maire du Havre. Terrain où il a été question de défiscalisation et d'entrée en production du four numéro 2 d'ici une semaine. Le reportage de Jean-Noël Méro et de Carawiane Carawiane.
EDOUARD PHILIPPE VISITE USINE DU NORD

700 travailleurs locaux ​

Au total, 700 salariés de KNS sur 813 sont Calédoniens. Un accord spécifique pour l'emploi des populations locales priorise l'emploi des habitants de la province Nord, en majorité Kanak, et notamment des femmes. «Ça fonctionne, de plus en plus de salariés sont originaires de Nouvelle-Calédonie et ont vu leurs compétences évoluer», a salué le Premier ministre.

Publié le 5 décembre sur le compte Twitter d'Edouard Philippe.
Publié le 5 décembre sur le compte Twitter d'Edouard Philippe.

«Le projet avance»

«Le projet avance en dépit des difficultés liées au prix du nickel» et de problèmes techniques, il a fallu reconstruire successivement les deux fours de l’usine qui souffraient d’un défaut de fabrication. «La deuxième ligne de production fonctionnera dans quelques semaines», s’est vu promettre Edouard Philippe. Et l’Etat devrait donc valider une dernière tranche de défiscalisation pour la centrale thermique de l’usine, au terme d’une négociation avec Glencore qui a financé la reconstruction des deux fours.

Vingt ans après Jacques Chirac, le RSMA a de nouveau reçu un Premier ministre. © NC 1ère
© NC 1ère Vingt ans après Jacques Chirac, le RSMA a de nouveau reçu un Premier ministre.

Evénement au RSMA

Avant KNS, c’est un site de la SLN qu’Edouard Philippe devait découvrir. Mais la météo n'a pas permis qu'il se rende au centre minier de Tiébaghi, à Koumac. Koumac où le Premier ministre s’est tout de même attardé, sous la pluie, le temps de rencontrer les volontaires et personnels du régiment du service militaire adapté. Un événement : la dernière visite d’un Premier ministre datait de 1997, en la personne de Jacques Chirac venu poser la première pierre… 

Un outil qui fonctionne

La présence d’Edouard Philippe était donc l’occasion de mettre en avant un outil d’insertion qui fonctionne, en Calédonie. Le RSMA y accueille près de 600 jeunes, pour un coût annuel d’1,8 milliard. Le reportage de David Sigal.
EDOUARD PHILIPPE RENCONTRE RSMA

Robert Frouin mis à l'honneur​

Le Premier ministre a profité de sa présence pour décorer un homme qui a contribué à l’installation du RSMA  à Koumac. Edouard Philippe a épinglé l’Ordre national du mérite à la veste de Robert Frouin.
Robert Frouin, maire de Koumac entre 1989 et 2008, a reçu l'ordre national du Mérite. © NC 1ère / David Sigal
© NC 1ère / David Sigal Robert Frouin, maire de Koumac entre 1989 et 2008, a reçu l'ordre national du Mérite.

Portrait

Celui qui a dirigé dix-neuf ans durant la municipalité est connu pour son pragmatisme, son esprit indépendant… et son caractère. Le portrait de Gilbert Assawa et de David Sigal.
PORTRAIT Robert FROUIN _forPT_3

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play