Elections en Australie: Anthony Albanese succède à Scott Morrison en tant que Premier ministre

océan pacifique
victoire anthony albanese
Le travailliste Anthony Albanese célèbre avec sa compagne Jodie Hayton et son fils, Nathan Albanese, la victoire de son camp aux élections législatives, le 21 mai 2022 à Sydney (Australie) ©AFP
De longues files d'attente se sont formées devant plusieurs bureaux de vote dans le pays, ce samedi. Le mandat de Scott Morrison, actuel Premier ministre australien, s'achève lors de ces élections législatives. Anthony Albanese, chef du parti travailliste l'a emporté.

Les deux derniers sondages publiés avant l'élection, jeudi et vendredi, accordaient une avance de six points aux travaillistes, mais l'écart tendait à se resserrer.

Ce samedi, le Premier ministre australien Scott Morrison a reconnu sa défaite aux élections législatives, qui mettent fin à neuf ans de gouvernement conservateur.
"Ce soir, j'ai parlé au chef de l'opposition et au nouveau Premier ministre, Anthony Albanese, et je l'ai félicité pour sa victoire électorale", a déclaré M. Morrison.

Changer l'image de l'Australie

Le travailliste Anthony Albanese a en effet proclamé sa victoire, affirmant que ses concitoyens avaient "voté pour le changement". Dans son discours de victoire, il promet de transformer l'Australie en "super-puissance" des énergies renouvelables.
Anthony Albanese, 59 ans, issu des classes populaires et élevé par une mère célibataire dans un logement social de Sydney, sera le premier chef de gouvernement australien à ne pas porter un nom de famille anglo-saxon ou celtique.

Il s'est engagé à mettre fin au retard pris par l'Australie en matière de lutte contre le changement climatique, à aider les personnes confrontées à la flambée des prix et à renforcer la participation des populations indigènes à l'élaboration de la politique nationale.

Il a aussi annoncé qu'il participerait, en tant que nouveau Premier ministre australien, au sommet du Quad (Etats-Unis, Australie, Inde, Japon) prévu mardi au Japon.

Jean-Yves Le Drian, ravi de la défaite de Morrison

La défaite de Scott Morrison aux législatives "me convient très bien", a déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, huit mois après que le Premier ministre australien a causé une intense brouille diplomatique avec Paris en cassant un méga-contrat de sous-marins français. "La défaite du Premier ministre me convient très bien", a réagi samedi M. Le Drian, provoquant les rires de la foule, lors d'une cérémonie de passage de témoin à Catherine Colonna, la nouvelle cheffe de la diplomatie française.

"Les actes posés au moment où ils ont été posés étaient d'une brutalité et d'un cynisme, et je serais même tenté de dire d'une incompétence notoires", a-t-il
poursuivi. "J'espère que nous pourrons renouer avec l'Australie un dialogue franc et constructif dans l'avenir", a-t-il conclu.

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus.


Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise.

La correspondance à Melbourne de Christophe Mallet :