publicité

Emeutes à Saint-Louis : de 2 à 8 ans de prison pour les prévenus

Hier, le tribunal correctionnel s'est penché une nouvelle fois sur les violences de Saint-Louis. Trois vagues d'émeutes sont intervenues suite à la mort de William Décoiré en octobre et novembre 2016, entraînant les blessures de plusieurs gendarmes.

   

© Caroline Moureaux / La 1ère
© Caroline Moureaux / La 1ère
  • Caroline Moureaux (L.A)
  • Publié le , mis à jour le
Elle a lourdement pesé sur les débats : la mort de William Décoiré survenue le 29 octobre 2016. Pour les prévenus et leurs avocats, celle-ci explique tout. Notamment la colère des jeunes de la tribu qui réagissent ce jour là en installant des barrages et en attaquant violemment les gendarmes venus dégager la route. Les jets de pierre et les coups de feu provoquent six blessés parmi les gendarmes dont deux touchés grièvement. Mais la mort de William Décoiré expliquerait également ces autres affrontements à la mi novembre et ces nouveaux tirs sur les gendarmes, toujours pour obtenir des réponses sur le décès brutal du jeune évadé, tué par un gendarme lors du contrôle d'un véhicule volé et avec lequel il a foncé sur les forces de l'ordre. 

Pour les avocats de la défense, les prévenus ont laissé parler leurs émotions sans véritable concertation. Une thèse que réfute l'avocate des parties civiles, les sept gendarmes victimes de violences. "L'uniforme est une cible" a martelé Maître Lepape, "c'était une expédition punitive, ils voulaient faire la guerre et ils s'y sont préparés"

Pour le procureur, Alexis Bouroz, la mort de William Décoiré est une tragédie mais aussi un prétexte "parce que vous avez déjà tiré sur des gendarmes avant cela, bloqué la route et caillassé des voitures" dira-t-il aux prévenus. Et de rappeler que, lors des auditions, certains ont reconnu que le but était de tuer un gendarme pour venger la mort de leur ami, frère ou cousin. 

Le procureur requiert des peines lourdes, de 3 à 10 ans de prison, pour les 10 prévenus. Le tribunal les a condamnés à des peines allant de 2 à 8 ans de réclusion. 

Enfin, le procureur Alexis Bouroz a annoncé hier qu'il était désormais favorable à une reconstitution des faits qui ont mené au drame si, toutefois, les conditions de sécurité pour la réaliser sont garanties. Une instruction est actuellement en cours dans ce dossier. 


Le reportage de Bernard Lassauce, Natacha Cognard et Patrick Nicar 
PROCES SAINT LOUIS


Sur le même thème

  • justice

    Nouvelle session d'assises à partir du 19 juin

    La prochaine session d’assises en Nouvelle-Calédonie se tiendra à Nouméa du 19 juin au 4 juillet. Elle concernera trois affaires de viol sur mineurs et trois crimes de sang qui seront jugés en appel, dont le double infanticide de la baie Toro et l'affaire Tamaï.

  • justice

    Cinq hommes au Camp-Est après l’agression sordide d’un automobiliste

    Un mois après l’agression d’un automobiliste retenu dans sa propre fourgonnette, cinq personnes sont en détention provisoire. Une sixième a été placée sous contrôle judiciaire. Tous ont été mis en examen pour viol en réunion, séquestration, vols avec violences et menaces de mort.

  • justice

    Les peines des transporteurs de cocaïne alourdies en appel

    La cour d’Appel de Nouméa a pris ce mardi deux décisions concernant les 3 hommes interpellés l’an dernier avec près de 600 kg de cocaïne dissimulés dans un voilier. La détention illégale a été reconnue, mais les peines ont été alourdies au pénal, et les prévenus restent en prison.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play