En Australie, BHP annonce une réduction de sa production de nickel

nickel
NICKEL
Exploitation minière du fer en Australie ©AFP
Mardi, le prix du nickel a subi le retour de l’aversion aux risques après le coup de blues de l’acier inoxydable chinois, dont il est l’ingrédient principal. L’australien BHP annonce une baisse de sa production, ce qui limite la casse.
BHP abaisse ses prévisions
Le géant anglo-australien BHP a abaissé ses prévisions de production de nickel pour 2020 à 80 000/83 000 tonnes, contre 87 000 tonnes précédemment prévues. En Australie, la production de Nickel West a atteint 56 200 tonnes au cours des neuf premiers mois de l'exercice se terminant en juin 2020, en baisse de 4 % par rapport à la même période de l'année précédente.

Le mineur a réduit le nombre de travailleurs sur les mines, dans le cadre des précautions contre le coronavirus. Des arrêts de maintenance quadriennaux majeurs ont été réalisés à la raffinerie de Kwinana et à la fonderie de Kalgoorlie, ainsi que de l'entretien de routine prévu aux concentrateurs.

Baisse de l'offre
En fin de semaine dernière, son concurrent brésilien Vale avait également abaissé ses prévisions pour 2020 en raison de l'incertitude entourant les performances opérationnelles au milieu de la pandémie de Covid-19 et de la fermeture de la raffinerie de l’usine du Sud en Nouvelle-Calédonie (VNC). En outre, deux des principaux mineurs de nickel aux Philippines ont finalement suspendu leurs activités d’extraction et d’exportation pour se conformer aux mesures visant à contenir la propagation de Covid-19.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas 
Après son "rallye" de lundi qui l’avait propulsé, le nickel a été sous pression mardi dans un contexte de chute des prix du pétrole et après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre les dangers de supprimer trop tôt les restrictions de quarantaine, au risque d’une nouvelle vague d’infections dans les pays les plus touchés par le virus Covid-19.

Les ventes de véhicules électiques ont chuté
Les chiffres de l'Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM) montrent que les ventes de véhicules à énergie nouvelle (NEV) - y compris les véhicules électriques (EV) - ont chuté de 56,4 % en glissement annuel au premier trimestre. Mais il pourrait y avoir un certain répit pour le secteur étant donné la décision des autorités chinoises d'étendre les subventions et les allégements fiscaux pour les NEV. Les batteries des véhicules électriques contiennent une part importante de nickel, mais il faudra du temps avant un retour à la normal et à la croissance du marché, indique l’agence Fastmarkets.

Stocks de nickel
Les stocks des entrepôts de nickel du LME totalisent 230 016 tonnes, juste en dessous de leur récent sommet de 10 mois de 236 106 tonnes le 5 mars. Actuellement, 23,5 % des stocks sont réservés et destinés à l’Asie. En revanche, les stocks de nickel dans les entrepôts cotés à la Bourse de Shanghai (SHFE) totalisaient 28 145 tonnes le 10 avril, contre 37 407 tonnes fin décembre 2019.

L'acier inoxydable sous pression
Les marchés de l'acier inoxydable en Chine ont subi de fortes pressions ces dernières semaines. Les prix en Europe et aux États-Unis sont restés stables jusqu'à présent, cependant, les prix devraient certainement chuter au cours des prochains mois, selon les prévisions de Fastmarkets. En Asie, la consommation semble avoir baissé plus vite que la production. "Les stocks devraient rester élevés. Les baisses de production sont une solution pour que les marges rebondissent en Chine, mais c'est souvent une décision difficile à prendre pour les producteurs conclu William Adams, analyste de Fastmarkets". Et ce n’est pas sans conséquence pour la demande en nickel.

Cours du nickel au LME de Londres le 21/04/2020 à 19:20 GMT 
12.172 dollars/tonne -2,48 %