En juillet, les prix sont restés stables en Nouvelle-Calédonie

consommation
Mobilisation contre la vie chère
Mobilisation de l'association citoyenne de Nouvelle-Calédonie contre la vie chère, le 1er juin 2022. ©Titouan Moal / NC la 1ère
Au mois de juillet, les prix des produits de consommation en Nouvelle-Calédonie se sont stabilisés aux niveaux élevés qu'ils ont atteints : depuis le début de l'année, l'augmentation globale a été de 3,4 %, selon l'Institut de la statistique et des études économiques. D’un mois à l’autre, ils reculent de façon infime, - 0,1 %.

Le ticket de caisse et le plein à la pompe font de plus en plus mal. Entre mars et juin, les prix à la consommation ont subi des hausses successives qui ne sont pas passées inaperçues. Qu'en est-il de juillet ? L'Institut de la statistique et des études économiques vient de publier sa synthèse pour le mois passé. Six points qu'on peut en retenir.

Entre juin et juillet, - 0,1 %

L’indice des prix à la consommation est resté stable en juillet : il marque, selon la synthèse de l'Isee, une baisse de - 0,1 % comparé à juin.

Baisse notée dans l'alimentaire

Les prix de l’alimentation ont globalement diminué de 0,9 %, et c’est la première fois qu’ils fléchissent en neuf mois ! Selon l’institut, "cette baisse est directement imputable aux produits frais". Dans le détail, "la pleine saison de production tire le prix des légumes (notamment des produits maraîchers) et des fruits vers le bas" : - 4,9 % et - 2,2 %. "Les prix des poissons connaissent eux aussi une diminution en juillet, - 1,5 %."

Phénomène modéré par les hausses des prix pour

  • les produits de type lait, fromages et œufs, + 0,6 %,
  • la viande (+ 0,3 %),
  • le sucré (+ 0,8 %)
  • et les produits céréaliers (+ 0,2 %).

Sur un an, les prix de l’alimentation ont pris + 5,6 % !

Les produits manufacturés à - 0,3 %

Baisse aussi de tarif pour les produits manufacturés : - 0,3 %. Pour l’Isee, cette orientation s’explique en grande partie par des séries de promotions, qui ont surtout concerné l’habillement (- 2,6 %), le marché des animaux d’agrément et les produits qui vont avec (- 4,3 %), la téléphonie (- 1,4 %), les soins et l’hygiène (- 0,4 %).

Là encore, il y a en face des augmentations : + 2,3 % pour les télés, + 1,3 % pour les bateaux, + 1 % pour les pièces détachées et accessoires de véhicules. Mais en glissement annuel sur douze mois, les produits manufacturés baissent de 0,9 %.

Le coût des services augmente un peu

De quoi compenser la hausse des prix des services, + 0,3 % entre juin et juillet. Mais c’est moins qu’en juin (+ 0,5 %). "La hausse des tarifs aériens internationaux et domestiques (+ 2,8 %) explique essentiellement cette croissance." Ajoutons + 1,4 % pour le tarif des spectacles, + 0,2 % dans la restauration et + 0,1 % du côté des assurances.

En revanche, il est revenu un peu moins cher d’entretenir et réparer son véhicule (en moyenne !), - 1,9 %. Ou de prendre un transport maritime (- 6,9 %). Sur un an, les prix des services ont augmenté de 9,3 %.

Les prix de l’énergie montent légèrement

Encore à la hausse, les prix de l'énergie, mais de "seulement" + 0,1 %. Rappelons que depuis juin, le gouvernement calédonien joue sur les taxes liées aux carburants pour tenter de contenir, à grand coût, les prix de l’essence et du gazole. En juillet, prix de l’essence identique, prix du gazole à + 0,9%. "Sur les douze derniers mois, les prix de l’énergie varient de + 18,6 %", assène cette synthèse.

+ 3,9 % à l’année

La hausse annuelle des prix, en glissement, s’élève à + 3,9 % pour l’indice général. Et si on se réfère seulement au début de l’année, en sept mois, elle a été de + 3,4-%.