L’ensemble des établissements scolaires du Caillou fermé aux élèves

coronavirus
Covid 19
Face à l'épidémie de coronavirus, le monde de l’enseignement s'organise. Pour travailler jusqu’aux vacances d’avril, la continuité pédagogique dans les écoles a été décidée. Les élèves ont le choix entre outils informatiques et documents papiers. 
La photocopieuse tourne à plein régime, au cœur de la salle des professeurs du lycée Do Kamo. Dans cet établissement, moins de 30 % des élèves possèdent une connexion Internet. Il était donc indispensable de proposer des documents papier, pour assurer la continuité des apprentissages, en particulier pour les élèves de bac pro explique Yann Chiron, professeur d’économie-gestion au sein du lycée. « Il y a aura une permanence réalisée sur place, avec des packs pour chaque classes et chaque élève, avec un mois pour travailler. Après ce délai d’un mois, tous partent en stage et on ne les reverra qu’en juin ».
Lycées coronavirus
 

Dernière minute

Les professeurs n’ont eu que deux jours pour préparer des cours à distance sur papier et Pronote. Un challenge pour ceux qui ne maîtrisent pas forcément les différentes fonctions de cet outil Internet, à l’image de Germaine Kaqea, professeure d’anglais au sein de l’établissement. « C’est une bonne occasion pour nous aussi de se mettre à la page, pour maîtriser les outils », assure la professionnelle.
 

Discipline

Même dispositif au collège Apogoti, où les 492 élèves ont également le choix entre Pronote et le pack papier. Les membres de l’établissement le martèlent en revanche : ce ne sont pas les vacances. Elles ne débuteront que le 4 avril prochain. D’ici là, Ambre Hensen, élève de 4e au collège d’Apogoti, compte s’imposer une discipline. « Je vais faire les mêmes horaires que lorsque je suis en cours et suivre mon emploi du temps », précise la collégienne.

A noter que toutes les informations sur la continuité pédagogique des collèges et lycées publics sont disponibles sur le site Internet du vice-rectorat. 

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie