L'épargne à la hausse pour les ménages calédoniens

économie
L'épargne en hausse pour les ménages calédoniens
©IEOM
Effet de la crise du coronavirus : les ménages calédoniens ont fait de belles économies et les entreprises ont limité leur endettement. C’est ce que révèle le dernier bulletin de l’Institut d’émission d’outre-mer.
 
Durant le confinement, les Calédoniens, interdits de sorties, ont peu dépensé. Conséquences : les transactions de cartes bancaires ont chuté de 40% par rapport au début de l’année. L’IEOM enregistre aussi durant ces 4 semaines moins de versements de billets aux guichets. Faute de pouvoir consommer, les ménages calédoniens ont donc épargné et les chiffres sont très indicatifs.
 

Les comptes bancaires renfloués

Entre avril et juin les ménages ont accumulé  sur leurs comptes près de 10 milliards de francs, c’est plus du double par rapport à 2019  sur la même période. Durant le confinement, la majorité des salaires a été maintenue. Les salariés des secteurs les plus touchés ont pu bénéficier de mesures de chômage partiel, les comptes ont donc continué à être alimentés.
 

La consommation en poupe dès le déconfinement

Dès juin, les Calédoniens ont sorti cartes bleues et chéquiers pour acheter notamment des voitures neuves ou d’occasion. 3187 transferts de cartes grises ont été enregistrées en juin contre 2736 en moyenne en 2019. La consommation est repartie mais pas les demandes de crédits qui n'ont cessé de chuter depuis le premier trimestre. Un recul de 3 milliards de francs par rapport aux mois précèdents. 
 

Les entreprises tirent aussi leur épingle de la crise

Toujours selon le bulletin de l’IEOM, la crise sanitaire a permis aux entreprises de maitriser leur endettement notamment grâce aux prêts garantis par l’Etat et  par le gouvernement pour financer leur trésorerie.
 

Situation inédite

Dès le 20 mars, les pouvoirs publics fermaient les frontières du pays, et imposaient un confinement  strict durant 4 semaines. Il faudra attendre le 4 mai avant que les Calédoniens retrouvent une vie normale. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live